Le dimanche à Cannes, c'est le jour des drames...

Publié le - Mis à jour le 28/09/2012 à 17:41

Nord Eclair

| CINÉMA |
En haut: Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, à l'affiche d'«Amour» de M. Haneke (en bas, à d.) En bas, à gauche: Le Danois Tomas Vinterberg, venu présenter «La chasse». Photos AFP
En haut: Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva, à l'affiche d'«Amour» de M. Haneke (en bas, à d.) En bas, à gauche: Le Danois Tomas Vinterberg, venu présenter «La chasse». Photos AFP

Hier entraient en compétition Michael Haneke et Tomas Vinterberg. Le premier Palme d'or en 2009 pour Le ruban blanc, le second Prix du jury en 1998 pour Festen. Des habitués, qui ont frappé très très fort.
FADETTE DROUARD (ENVOYÉE SPÉCIALE À CANNES) > fadette.drouard@nordeclair.fr
Il est des dimanches matin qui marquent. Aller voir à 8 h 30 le nouveau film de Michael Haneke, par exemple, est une de ces expériences dont on ne sort pas indemne. Il faut dire que son Amour est particulièrement marquant. C'est un amour de fin de vie. Celui de Georges et Anne, couple de la bourgeoisie parisienne. Ils sont retraités, profitent de leur temps ensemble, se parlent de livres, vont au concert. Une vie bien remplie. Jusqu'au jour où une tentative de cambriolage chamboule leur routine, et obsède Anne. Une absence plus tard, la voilà à l'hôpital. Puis rentrée chez elle, paralysée de son côté droit. C'est le début d'une longue descente aux enfers pour le couple, difficile pour tous les deux, celle qui part et celui qui reste. Haneke en fait un film froid, presque clinique. Qui n'en est que plus dur, et devient une épreuve pour le spectateur, mais pas de celles dont on a envie de sortir, de celles qui nous accrochent, les yeux rivés à l'écran.

Le niveau augmente
de jour en jour

À l'écran, d'ailleurs un couple d'acteurs français qui n'ont plus à prouver leur talent, Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva. Le plus difficile, en fait, sera pour les jurés ; avec un film parfait dont les acteurs sont éblouissants, comment l'intègre-t-on dans un palmarès ? Palme ? Prix d'interprétation ? Certes, la compétition démarre, et cet Amour n'est que le 8e film d'une sélection qui en compte 22... Mais il est déjà très haut placé dans le coeur des festivaliers ! Sans compter que le niveau de la compétition augmente de jour en jour. Et ce n'est donc pas le Tomas Vinterberg qui démentira ce fait. Le Danois signe avec La chasse une histoire glaçante, celle d'un instituteur accusé à tort par une petite fille d'attouchements. Et la chasse aux sorcières qui s'ensuit. Une « petite histoire » portée par un Mads Mikkelsen parfaitement ambigu et perdu. Un thriller humain, qui a tellement scotché la salle de presse qu'elle a attendu de reprendre son souffle quelques secondes après le début du générique, et faire taire les critiques quelques secondes, c'est déjà un très bon début.w

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 0

Réagir

Les articles les plus…