Glamour, gloire et beauté

Publié le - Mis à jour le 28/09/2012 à 17:32

Nord Eclair

| CANNES |
Nicole Kidman, toujours aussi glamour. Elle incarne une nymphomane dans «Paperboy» de Lee Daniels (à sa gauche), aux côtés de Zac Efron (à sa droite) et Mattheuw McConnaughey (à g.). Photos AFP
Nicole Kidman, toujours aussi glamour. Elle incarne une nymphomane dans «Paperboy» de Lee Daniels (à sa gauche), aux côtés de Zac Efron (à sa droite) et Mattheuw McConnaughey (à g.). Photos AFP

Ils ne sont jamais très loin et prêts à tout moment. Les sifflets de Cannes, les fameux, se sont fait entendre hier pour cette avant-dernière journée de compétition. Un jeudi en deçà des espérances, qui avait pourtant son lot de paillettes.
FADETTE DROUARD (ENVOYÉE SPÉCIALE À CANNES) > fadette.drouard@nordeclair.fr
Deux films en compétition et un grand écart cinématographique entre les deux. Il faut dire que le premier est un abonné de la controverse. Il s'appelle Carlos Reygadas, est mexicain et a signé il y a quelques années un Bataille dans le ciel encensé, à juste titre. Un succès qui, a priori, lui a laissé les coudées franches pour son nouvel opus, qui s'appelle donc Post Tenebras Lux.

Ça s'ouvre sur le plan d'une petite fille au milieu de ce qui a dû être un terrain de foot. Elle appelle le troupeau de vaches, « vacas » donc. Les ânes, « burros » et les chiens qui aboient autour d'elle. S'ensuit un orage. Et un noir. Vous vous attendez à voir la suite ? Peine perdue. Le film, si on peut lui attribuer une quelconque narration, s'attache à trois époques de la vie des personnages, plus ou moins grands, époques repérables - à peu près - à l'âge des enfants de Juan, celui que l'on suit. Plus ou moins. Cela fait beaucoup d'approximations.

C'est que le film est absolument obscur, profondément fermé, dans sa narration et sa construction. D'aucuns pensent à Apichatpong Weerasethakul et son Oncle Boonmee. Reygadas n'en a pas le talent : esthétiquement, les films du Thaïlandais sont fascinants. Celui de Reygadas ne peut être regardé. D'où les nombreux et forts sifflets qui ont accompagné le début du générique de fin. Non, celui-là ne vaut pas la peine qu'on fasse des efforts, les festivaliers ont tranché.

Deux scènes de bravoure
osées pour Nicole Kidman

L'accueil est plus mitigé en revanche pour Paperboy, et ce n'est pas au désavantage du film de Lee Daniels qui avait déjà fait sensation dans la sélection Un Certain Regard avec Precious. Cette fois, il adapte un roman de Pete Dexter, l'histoire d'une enquête journalistique en Louisiane sur un meurtre et donc l'innocence ou non d'un homme qu'on a condamné à mort.

Le journaliste, c'est Matthew McConnaughey. Son petit frère Zac Efron, l'une des révélations du film. Et ils sont flanqués d'une quadragénaire frappée et nymphomane, jouée par Nicole Kidman. Un film bien ficelé, qui parvient dans certaines scènes à rendre une atmosphère lourde et moite. Mais... Ce n'est pas « un film cannois ». Plutôt un blockbuster et une oeuvre particulièrement calibrée pour les Oscar, où la rumeur place déjà Nicole Kidman sur le podium de la compétition. Une Kidman très en forme, toujours aussi glamour, qui a deux scènes de bravoure très osées : « Il a fallu que je m'identifie fortement à mon personnage pour l'interpréter de manière aussi crue. C'est mon travail de me laisser aller, de ne pas fonctionner avec mes propres sentiments. Aucune prise n'était la même, nous explorions sans cesse. Je recherche les contrastes et la diversité. J'aime exprimer mon imagination : c'est ce qui m'a poussée à devenir actrice. » Un rôle à Oscar, vous dit-on.w

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 0

Réagir

Les articles les plus…