Un Festival de l'amitié aux couleurs africaines

Publié le - Mis à jour le 29/09/2012 à 02:42

Nord Eclair

| CULTURE |
Le Festival de l'amitié et de la solidarité, placé sous le signe du vivre ensemble. Photos: DR
Le Festival de l'amitié et de la solidarité, placé sous le signe du vivre ensemble. Photos: DR

Du 11 au 26 mai, le Festival de l'amitié et de la citoyenneté part à la rencontre du continent africain, sans clichés et au-delà des apparences.
Baptisé « Démasquez l'Afrique » pour l'occasion, ce 10e Festival rassemble Roubaisiens de tous horizons. Et ça commence vendredi.
LOUIS DIEU  > louis.dieu@nordeclair.fr
Plus qu'un simple événement, le Festival de l'amitié et de la citoyenneté symbolise à lui seul l'ADN de la ville, comme le rappelle Jean-François Boudaillez, adjoint à la culture : « Roubaix est une sorte de chaudron qui pourrait à tout moment exploser : ville la plus pauvre de France, elle réunit aussi une quarantaine de nationalités et cinquante langues différentes, livre l'élu. Et pourtant, les gens se rencontrent, vivent et construisent ensemble, forts de leur diversité culturelle. » Une expérience que ne contredirait pas Saty Olla, adjointe à la jeunesse : « Lorsque je suis arrivée, ma première claque roubaisienne a été la Fête de l'amitié, en 1995, se souvient l'élue. Je n'imagine pas Roubaix sans cet événement. » L'ensemble de l'équipe municipale des acteurs associatifs partagent une conviction forte : ouvrir sa culture à l'autre permet de lever les incompréhensions et de faire reculer les discriminations tout en valorisant le « mieux vivre ensemble ». Cette année, pas moins de 20 lieux de la ville accueillent les diverses manifestations du Festival de l'amitié et de la citoyenneté.

Un festival participatif
En 2011, la rencontre avait réussi à toucher plus de 7 000 personnes. Toujours dans l'idée de rencontre entre les cultures et de transmission de la valeur vivre-ensemble, plusieurs ateliers ont été mis en place en amont : « Que les habitants soient acteurs reste la plus belle perspective à donner à la manifestation », défend Saty Olla. L'affiche officielle du festival a d'ailleurs été conçue par les enfants du centre social Boileau-Pasteur, qui ont découvert la technique de la gravure avec l'artiste Waïï Waïï et la plasticienne Marion Pédebernade.
Les enfants du centre de loisirs Lakanal accompagnés par l'association Cellofan ont créé un court métrage utilisant la technique de l'animation sur sable.
Un film visible vendredi à 18 h 30 à la Manufacture des Flandres. À l'ARA, les collégiens roubaisiens ont découvert la musique malienne à travers l'initiation au tama, tambour traditionnel d'Afrique de l'ouest. Au pôle Deschepper, Da-Mas (écriture) et la compagnie 6e Sens (danse) se sont associés pour produire un spectacle visible lundi 21 mai de 19 h à 20 h au Colisée.
Sans compter les nombreux ateliers en direction des adultes, qui pourront danser, se confier, dessiner ou encore cuisiner tout en apprenant les uns des autres...w Renseignements, programme et inscriptions aux ateliers sur : http://lafabrique.ville-roubaix.fr

Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

Roubaix

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 0

Réagir

Les articles les plus…