Le marché de Oignies avant, pendant et après Mélenchon

Publié le - Mis à jour le 28/09/2012 à 17:25

FLORENCE TRAULLÉ > florence.traulle@nordeclair.fr

| LÉGISLATIVES (PAS-DE-CALAIS - 11E) |

C'est dans cette ancienne ville minière que Jean-Luc Mélenchon a « fait » son premier marché. Tournée des bistrots, promenade dans les allées, propos échangés... et de quoi assurer son pique-nique du jour.

Jean-Luc Mlenchon se prte aux sances photos sur le march de l'ancienne ville minire. Photo Ludovic Maillard
Jean-Luc Mlenchon se prte aux sances photos sur le march de l'ancienne ville minire. Photo Ludovic Maillard

Roulé dans du papier blanc, un saucisson de cheval. Jean-Luc Mélenchon ne fait pas le bégueule, promet d'y goûter. L'averse de grêle s'est éloignée dans le ciel encore noir de Oignies. Derrière leurs étals, les commerçants sont soulagés. Les allées désertées par la violence du ciel trempé retrouvent leurs chalands. Un peu d'agitation devant le Bellevue. La patronne se souvient du jour où Marine le Pen a fait une halte dans son bistrot. C'était une autre élection. Pas son genre, Le Pen. Mélenchon, c'est autre chose, il lui plaît bien.
Le candidat du Front de gauche sur la 11e circonscription discute le bout de gras avec Odette Dauchet, une historique du parti communiste. Elle a été maire de Carvin de 1985 à 2001, « vaincue par une coalition PS-droite » rappelle cette petite dame qui connaît du monde à Oignies.
Mélenchon candidat ici, c'est « inespéré pour placer le débat à une hauteur qui ne soit pas celle des marguerites ». L'adversaire assumé de Marine Le Pen discute avec un passant. Il se souvient d'un copain sénateur « qui était d'ici », avec un nom polonais qui dit l'histoire de la mine, et lui avait parlé de ces vagues d'immigrés venus creuser la terre. « Tout le monde était noir au fond ! » lance Jean-Claude Szrama, élu communiste de Oignies qui ne lâche pas Mélenchon d'une semelle. « Avec des boyaux rouges ! » répond le tribun tandis qu'en retrait, Henri, un ancien de la Fosse 2 et de la Fosse 9 s'agace de sa venue sur le marché. « Il a des bonnes idées mais il critique trop Marine Le Pen ». Corinne, femme de ménage, vit ici depuis 27 ans. Elle aimerait bien serrer la main de Jean-Luc Mélenchon dont elle apprécie « le discours par rapport à la politique de Marine Le Pen ». Et puis, « il a de la prestance, c'est important ».


Dans son imper noir et le cou orné de sa désormais légendaire cravate rouge, Jean-Luc Mélenchon s'engouffre au Bellevue . Il feuillette le journal au comptoir, discute avec Franck, un chauffeur routier qui travaille pour une entreprise de transports de Carvin. Il est question d'Europe, de ces chauffeurs low-cost payés au lance-pierres. Le portable de Franck sonne. « Je suis avec Mélenchon, si c'est vrai ! Tu cherches du boulot ? Je te le passe ? ». Petit coup d'oeil en coin de Mélenchon mais non, Franck a raccroché.
Retour sur le marché. Rachid décline poliment la proposition de partager le saucisson de cheval. « Les gens d'ici ne sont pas fachos, ils sont fâchés » assure ce militant socialiste venu d'Hénin-Beaumont pour saluer l'ultra-médiatique candidat. Les deux hommes discutent en marchant. Mélenchon promet à Rachid de replacer sa formule sur les fâchés pas fachos dans un prochain meeting. On verra.

Détour par l'église


Ensuite, c'est le Texas, avec son patron looké Harley-Davidson, la photo prise par Kevin, 12 ans, dont le grand-oncle fut fusillé par les Allemands. Houria « espère qu'il va écraser Marine Le Pen comme une banane. Lui, on voit bien qu'il n'est pas raciste » . Elle parvient à se glisser, claque une bise, repart ravie.


Sur la place, il y a l'église Saint-Barthélémy. Mélenchon y pénètre, interdiction de le suivre. Odette Dauchet s'interroge : « Je ne sais pas ce qu'il fait là-dedans... » Un petit détour enfin par de la boucherie-charcuterie Saj. Trois camionnettes et 17 marchés par semaine, ils connaissent leur métier. Mélenchon repart avec une metka, une saucisse fine fumée, spécialité polonaise. La campagne est lancée, elle ne fait que commencer. Le marché, lui, est presque terminé. Il retrouve sa tranquille normalité.

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 0

Réagir

Les articles les plus…