L'opposition prête pour 2014 Avec la perspective des municipales, l'opposition se met en ordre de marche. Le groupe a créé l'association Ensemble pour mieux vivre Bousbecque.

Publié le - Mis à jour le 29/01/2013 à 06:33

Nord Eclair

| POLITIQUE BOUSBECQUE |
Le manque de concertation sur un éventuel déménagement d'Intermarché a convaincu Philippe Descamps (à gauche) de se lancer dans la course des municipales.
Le manque de concertation sur un éventuel déménagement d'Intermarché a convaincu Philippe Descamps (à gauche) de se lancer dans la course des municipales.
À un peu plus d'un an des élections municipales, l'opposition bousbecquoise se met « en ordre de marche ». Avec la constitution de sa liste en tête, elle vient de fonder l'association Ensemble pour mieux vivre Bousbecque.

L'idée a émergé l'été dernier. Elle s'est concrétisée ce mois-ci avec le dépôt des statuts de l'association Ensemble pour mieux vivre Bousbecque. Derrière cette appellation, on retrouve le groupe d'opposition qui siège actuellement au conseil municipal : Alexandre Beeuwsaert (président du bureau), Arielle François, René Mulliez, Véronique Playoust-Garnier et Bernard Pinte.
À leurs côtés, une dizaine de membres réguliers parmi lesquels un des fondateurs de l'association, Philippe Descamps. Président de l'Union des commerçants et artisans bousbecquois et de la troupe théâtrale Côté cour côté jardin, c'est une personnalité locale bien connue des Bousbecquois. Mais il précise d'emblée : « C'est à titre personnel que je m'engage ici. » Si l'ambition est de constituer une liste pour le scrutin de mars 2014, l'objectif pour l'instant est de « fédérer autour de nous des retraités, mères de familles, ouvriers, sportifs, chefs d'entreprises, chômeurs, membres d'associations... tous ceux qui font la vie même de notre commune, pour mettre en place une concertation la plus large possible et recenser les besoins de la population », résument-ils d'une seule voix.
« Nous sommes une association sans étiquette politique de droite ou de gauche, ouverte à toutes les bonnes volontés et sensibilités. » Pour l'instant, une dizaine de membres réguliers assistent aux réunions mensuelles du groupe « mais les rangs grossissent à chaque fois, ce qui tend bien à prouver que les gens ont besoin de s'exprimer », glisse Philippe Descamps.
Un reproche envers la majorité actuelle ? « On ne reproche rien, on construit, on travaille pour demain, se bornent-ils. Ce que nous voulons, c'est une concertation permanente, un retour à la base de ce qu'est une administration communale. »
Pas de controverse
Les réponses veulent éviter toute polémique, mais la gestion du déménagement avorté d'Intermarché comme celle de la destruction de la ferme Ghestem ressurgissent inévitablement... Quelle aurait été leurs choix sur ces deux dossiers ? « Je ne sais pas quelle décision j'aurais prise concernant la ferme. Est-ce que j'aurais décidé de sacrifier notre patrimoine local pour 150 emplois hypothétiques (qui, pour finir, n'ont pas abouti) je ne sais pas.
Mais avant d'agir, j'aurais pris conseil auprès des anciens, des associations... Alors que là, on a eu l'impression d'avoir face à soi une espèce d'autocratie. » « Avec un manque de compassion, d'empathie pour ce qui était un symbole et un témoin du passé de notre commune », complète Alexandre Beeuwsaert.
Mais l'heure n'est pas à la controverse : « Nous ne voulons pas d'un combat contre la municipalité actuelle qui compte quelques véritables personnes de valeur », s'accordent les deux hommes. « Ce que nous proposons, c'est une autre façon de faire, une autre méthode avec une équipe municipale présente, disponible et une véritable consultation des usagers des services publics et des acteurs de notre territoire.
» Transports, éducation, cadre de vie, développement durable, constructions immobilières, emploi, équipements municipaux... des thématiques s'inviteront dès le printemps aux réunions mensuelles de la nouvelle association. Tandis qu'à l'adresse mail et aux tractages, viendra s'ajouter une page sur les réseaux sociaux. « On écoutera tout le monde. On veut partager la vision de la population qui prend son destin en main. » Une vision utopique de la démocratie participative ? « C'est un peu utopique, oui. Mais être utopique c'est bien aussi... Ce ne sera pas facile, mais si ça l'était, ce ne serait pas intéressant. »   
FLORENCE MOREAU

halluin@lavoixdunord.fr
Contact :

mieuxvivrebousbecque@gmail.com ou & 06 86 71 88 33.

Cet article vous a intéressé ? Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :

Bousbecque

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 0

Réagir