Bsurfing prend la vague à Lille

Publié le - Mis à jour le 28/09/2012 à 16:46

JULIEN GILMAN > julien.gilman@nordeclair.fr

| COMMERCE |

Nicolas Caulier a ouvert il y a un an Bsurfing où il vend du matériel de kitesurf et de snowboard, rue de Valmy. Loin, bien loin de la moindre vague ou de la plus petite bosse. N'empêche, la mayonnaise prend.

Pratiquant le kitesuf depuis 2001, Nicolas Caulier est bien plac pour conseiller sa clientle.
Pratiquant le kitesuf depuis 2001, Nicolas Caulier est bien plac pour conseiller sa clientle.

À première vue, c'est un magasin parfait pour Brice de Nice, qui vend des kitesurfs quand le sport le plus proche, c'est la Deûle, et des snowboards quand la première remontée mécanique est sur le terril de Noeux-les-Mines... Mais la première vue est souvent courte et, en plein Lille, Nicolas Caulier parvient à faire des affaires. « J'ai toujours dit qu'il y a du potentiel », affirme-t-il d'ailleurs.
Il l'a dit, mais l'avait aussi vérifié : avant de s'installer à son compte, il gérait depuis six ans l'annexe lilloise du magasin dunkerquois Surfing Area.
Il y vendait déjà du kite et du snow, mais a fini par diverger de vues avec l'un de ses deux patrons, davantage attiré par les vêtements de sports de glisse. À 32 ans, Nicolas saisit donc la perche tendue par l'un de ses clients qui l'aide financièrement à voler de ses propres ailes

Conseils d'un spécialiste


Et le voilà maître du magasin Bsurfing, 400 m² derrière le Palais des Beaux-Arts, entièrement dédié à ses passions. Lui-même est un adepte du kitesurf de la première heure - il a acheté ses premières planches et voile en 2001 - et pratique le snowboard depuis l'âge de 15 ans. C'est donc un spécialiste qui conseille les clients qui franchissent son pas de porte.
Mais la glisse, ça se vend au milieu des terres du plat pays ? « Il y a une vraie clientèle de Lillois qui ont une résidence secondaire sur la côte d'Opale », remarque Nicolas Caulier. Une clientèle plutôt aisée, donc, car le kitesurf demeure un sport qui coûte cher. L'équipement de base neuf revient à 1 500 E et le panier moyen à Bsurfing est de 700 à 800 E. Quant au snowboard, « ça n'est pas surprenant non plus », estime le gérant. « Toutes les grandes villes possèdent un ou deux magasins spécialisés, poursuit-il. La location dans les stations est moins développée que pour le ski parce que le matériel est rapidement obsolète. Les pratiquants ont l'habitude d'acheter, et ils le font avant de partir. » Bsurfing a ouvert il y a un peu moins d'un an, le 7 mai 2011. « Ça a bien commencé, j'ai bénéficié d'être déjà connu dans le milieu », note Nicolas, qui a embauché deux personnes pour le soutenir (1,5 équivalent temps plein). Quelques opérations de com' ciblées et le bouche à oreille ont fait le reste. Le jeune patron se permet même d'élargir son offre et a ouvert un rayon textile où l'on retrouve les grandes marques de sports de glisse.

Réagir à l'article

Réagir avec son profil Connect

* Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La Voix du Nord Multimédia se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

Vos réactions 0

Réagir

Les articles les plus…