Football

La difficile équation à résoudre du Mercato « sang et or »

Publié le 04/02/2012 à 00h00

Le groupe « sang et or » sort-il affaibli ou renforcé du Mercato ? Que Lens parvienne à se rapprocher de la tête dans les prochaines semaines tiendra lieu de réponse.

La difficile équation à résoudre du Mercato « sang et or »
Le groupe « sang et or » sort-il affaibli ou renforcé du Mercato ? Que Lens parvienne à se rapprocher de la tête dans les prochaines semaines tiendra lieu de réponse.


Jean-Louis Garcia, au moins, pourra avoir recours à différentes options.
Les dirigeants lensois se sont forcément posé la question du bien-fondé de leur Mercato quand il s'est agi d'acter ces transferts hivernaux (départs d'Eduardo, Cichéro et Aurier pour les arrivées de Cuvillier et Koïta). Leur marge de manoeuvre a été étroite entre l'obligation contractuelle de réduction du déficit, la gestion de la masse salariale, et les impératifs du secteur sportif.
Jean-Louis Garcia n'a pas subi les événements. Il avait intégré, dès son arrivée, que certains éléments, Serge Aurier en tête, représentaient une manne financière potentielle dont un club au fragile équilibre économique ne pourrait se passer. Parallèlement, en retenant Thorgan Hazard, qui avait l'occasion de s'aguerrir ailleurs, l'entraîneur nordiste a envoyé un double message : d'abord qu'il s'appuyait sur le vivier interne, ensuite qu'il espérait bien conserver, en doublant les postes de milieux offensifs (avec Cuvillier, Ben Saada et Maurice), différentes options dans sa construction d'équipe. Il n'est pas l'homme d'un système, mais il a ses préférences. Étonnamment, après s'être réjoui du passage au 4-3-3, censé apporter plus de stabilité en milieu de terrain, le clan « sang et or » a loué les bienfaits du retour au 4-4-2. Voilà qui illustre peut-être la nouvelle maturité d'un groupe, désormais plus réceptif aux consignes et aux attentes de son entraîneur. Dans ces dernières, figurait le recrutement d'un attaquant axial supplémentaire, avant la possibilité d'engager un défenseur dans un secteur pourtant privé de deux éléments. L'arrivée de Fodé Koïta renforce alors, au moins, les ambitions lensoises dans le jeu. Les 21 000 spectateurs attendus aujourd'hui à Bollaert n'attendent que cela.w


AR.P.

Nord Éclair