Basket

Dusart : « Un coup de chapeau aux filles »

Publié le 14/04/2012 à 00h00

L'essentiel est sauf. Frédéric Dusart, devenu entraîneur principal en janvier à la place d'Abdou N'Diaye, se félicite que la mission maintien soit accomplie. Pour le reste, l'ESBVA a sans doute connu sa pire saison en Ligue Féminine...

Dusart : « Un coup de chapeau aux filles »
L'essentiel est sauf. Frédéric Dusart, devenu entraîneur principal en janvier à la place d'Abdou N'Diaye, se félicite que la mission maintien soit accomplie. Pour le reste, l'ESBVA a sans doute connu sa pire saison en Ligue Féminine...


FRANCK SEGUIN > franck.seguin@nordeclair.fr

Frédéric, vos filles sont en vacances depuis mercredi soir avec cette dixième place de la phase régulière, quel bilan tirez-vous de la saison ?



>> Je ne tirerai que le bilan depuis le mois de janvier au moment où ma place est devenue celle d'entraîneur et non plus adjoint. Avant, le bilan global était de 6 victoires sur 17 rencontres et depuis janvier, on a eu 5 victoires sur 9 rencontres de championnat. En jouant deux fois moins de matches, on en a gagné presque autant. Quand j'ai repris l'équipe, on était à un point de Lyon, deux de Nice, les deux derniers, ce n'était pas facile mais les filles m'ont aidé à relever le défi du maintien et à nous éloigner de la zone rouge. Je leur tire un coup de chapeau, elles ont su respecter ta méthode, même si j'avais un rôle de confident lorsque j'étais adjoint.

Quels ont été vos mots jeudi soir lors du dernier entraînement ?
>> On a fait nos adieux et j'ai remercié les filles car elles ont adhéré à ma méthode et mes contenus, c'est ça qui a permis aussi ma reconduction et le maintien. Quand un assistant prend l'équipe, souvent ça ne marche pas. Pour ma part, ça s'est bien passé, les filles ont bien respecté, il n'y avait pas de temps à perdre. Il n'y avait pas de transition, j'ai changé des choses, je ne pouvais pas reprendre l'équipe en faisant du copier-coller. J'ai dû être exigeant, pour qu'elles comprennent qu'il fallait s'en sortir.

Avant janvier, l'ESBVA a connu une terrible période qui a conduit au limogeage d'Abdou N'Diaye dont vous étiez l'assistant, vous incluez-vous dans l'échec de cette première partie de saison ?
>> Oui, je m'inclus dans cet échec car je faisais partie de la même équipe. J'ai essayé de faire l'analyse avec ma personnalité de ce qui n'avait pas été, de ce qui pouvait être mieux. Ce n'était pas évident, surtout vis-à-vis des joueuses, car j'étais l'assistant et confident avec des responsabilités moins en première ligne.

N'était-ce pas trop dur de prendre la suite d'un entraîneur dont vous aviez été l'assistant durant 7 saisons ?
>> Émotionnellement, je n'ai pas eu le temps de prendre la mesure de la chose. À un moment donné, quand on te dit, "il faut sauver le club", l'intérêt commun passe avant l'affectif. Je n'ai pas eu le temps.

Finalement, vos premiers pas ont débuté très forts avant une fin de saison plus difficile...
>> On a tout de signé quatre victoires de suite en championnat. Ensuite, on perd contre Challes et Montpellier, bien plus forts que nous. J'ai surtout des regrets sur les matches contre Tarbes et le Hainaut où on a vraiment l'occasion de gagner. Le bilan aurait pu être meilleur avec 7 succès en 9 matches. J'ai donc un petit goût d'inachevé même l'objectif de maintien est rempli.

Vous avez signé en tant qu'entraîneur principal pour deux saisons supplémentaires (plus une en option), quelle sera votre ambition ?
>> La saison prochaine, l'objectif, ça va être de faire mieux avec moins. On va discuter avec les joueuses, mais on ne pourra pas garder tout le monde. C'est en cours de négo. Seules Nayo et BouzeNna sont encore sous contrat. Kathy Wambe peut faire valoir une close et partir. Ensuite plus personne n'est sous contrat. On va discuter, j'ai commencé les entretiens. Il va falloir trouver des joueuses inconnues et d'un bon niveau et peu chères, en espérant garder les cadres comme Sanni, Gomis et Wambe. J'ai envie d'une équipe avec un mélange d'expérience et de paris. Je veux une équipe de guerrières.

Nord Éclair