Athlétisme

Le Kénya brille sur la neige

Publié le 29/11/2010 à 00h00

Le site du Fort des Dunes arborait, hier, un manteau de neige dont on n'avait pas l'habitude. Mais ni Edith Masai ni son compatriote Joseph Ebuya ne sont tombés dans le piège et ont su faire honneur aux couleurs kényanes et à leur couronne mondiale.

Le Kénya brille sur la neige
Le site du Fort des Dunes arborait, hier, un manteau de neige dont on n'avait pas l'habitude. Mais ni Edith Masai ni son compatriote Joseph Ebuya ne sont tombés dans le piège et ont su faire honneur aux couleurs kényanes et à leur couronne mondiale.


PATRICK ARMAND > correspondant
Pourtant, dans la course féminine, l'Ethiopienne a attendu son heure, surprise par le coup de culot de la Lilloise Marylin Pellen que l'on avait vue à la fête le week-end précédent à Allonnes. Deux tours durant, elle mena la danse avant de rentrer dans le rang, mais pas si loin que cela puisqu'elle termine huitième et seconde Française d'une course remportée par Edith Masai devant l'Ethiopienne Emebert Anteneh.
Après son succès à Wambrechies, il y a deux semaines, on avait compris que Marylin Pellen avait des ambitions pour cet hiver. À Allonnes, la sociétaire du LMA avait frappé avec insistance à la porte de l'équipe de France pour les championnats d'Europe à Albuffeira au Portugal. Il ne restait plus qu'à confirmer dans sa région d'accueil.


Et sur le sol enneigé du Fort des Dunes, la Nordiste d'adoption venait prouver que sa sélection ne souffrirait d'aucune contestation grâce à sa présence en tête de course pendant deux tours. « Je suis contente car par rapport à Allonnes, les conditions étaient différentes, expliquait-elle.
Dès le départ, je me suis sentie bien. Comme ce n'est pas parti vite, je me suis dit que je n'allais pas rester derrière. À un moment donné, quand ça a accéléré, j'ai eu peur d'être partie trop vite mais j'ai vu que j'avais encore des réserves sur la fin de course ».
Elle qui avait obtenu l'un des derniers billets, l'an dernier s'affiche désormais comme l'une des chefs de file tricolores. Un statut qu'elle n'envisage qu'avec un large sourire, estimant qu'elle devra faire ses preuves au Portugal.

Ebuya met fin au règne de Jida
Triple vainqueur à Leffrinckoucke depuis 2007, Imane Jida Merga savait qu'il aurait fort à faire pour remporter une quatrième victoire. La situation ne tardait pas à se décanter puisque quinze athlètes, en grande majorité africains, allaient se retrouver au commandement. Tous les favoris étaient là et le champion du monde en titre, Joseph Ebuya, est parti quand il l'a voulu pour s'imposer avec maîtrise, laissant Imane Jida à près de trente secondes. La présence d'Abdellatif Metftah à la huitième place constituait une belle satisfaction, juste devant Moktar Benhari (10e), tandis que Djamel Bachiri (16e) et Simon Denissel (22e) étaient les meilleurs régionaux. Messieurs : 1. Ebuya (KEN) les 9950 m en 28:08, 2. Jida Merga (ETH) à 29', 3. Kigen (KEN) 34', 4. Cheshari (KEN) 44', 5. Kiplimo (UGA) 45'.
Dames : 1. Masai (KEN), les 5750 m en 21:40, 2. Anteneh (ETH) à 19', 3. Rionoripo (KEN) 23', 4. Belete (ETH) 28', 5. Germame (ETH) 30'.

Nord Éclair