Wattrelos

Shake'up ou l'art de gérer la paperasse

Publié le 27/03/2012 à 00h00

Factures à payer, courriers à rédiger, que l'on soit professionnel ou particulier, ces tâches administratives incombent à tous. Sylvie Ballière et son associée Ludivine Dufour ont créé depuis peu « Shake'up ». Un projet original qui vise à simplifier la vie des gens.

Shake'up ou l'art de gérer la paperasse
Factures à payer, courriers à rédiger, que l'on soit professionnel ou particulier, ces tâches administratives incombent à tous. Sylvie Ballière et son associée Ludivine Dufour ont créé depuis peu « Shake'up ». Un projet original qui vise à simplifier la vie des gens.


ÉLODIE BARTOLIC > wattrelos@nordeclair.fr

Il y a quelques mois, vous avez lancé avec votre amie, Ludivine Dufour, « Shake'up ». En quoi consiste votre activité ?


>> Nous proposons à la fois une assistance administrative et une gestion commerciale. Nous nous adressons aux professionnels et aux particuliers.
Concrètement, nous nous occupons des démarches administratives, de la mise en page et l'écriture de courriers, de l'archivage, du classement ou encore de la réalisation de cartes de visite.

Vous simplifiez la vie des gens en quelque sorte.
>> C'est exactement ça. Les artisans ou alors les patrons de petites entreprises, qui ont généralement de longues journées de travail, n'ont pas le temps de s'occuper de leurs papiers enrentrant le soir chez eux. Ce service permet de les soulager.

Dans quelle mesure ces services peuvent-ils intéresser les particuliers ?
>> Cet accompagnement est assez large. Faire une carte grise, par exemple, cela prend du temps. Bien souvent les personnes qui travaillent doivent prendre une journée de congés pour se rendre à la préfecture. Nous nous en chargeons à leur place. Il en est de même pour la rédaction de courriers aux administrations, le changement d'adresse en cas de déménagement. Et pour ceux qui ont des lacunes en informatique, nous pouvons leur apprendre les bases.

Travaillez-vous davantage avec les professionnels ou les particuliers ?
>> Depuis la création de Shake'up, au mois d'avril, nous travaillons davantage avec des professionnels et essentiellement sur la métropole lilloise.

Comment avez-vous rencontré votre associée ?
>> Ludivine et moi, nous nous sommes rencontrées sur les bancs du lycée. On y refaisait le monde. On avait pour projet d'ouvrir un bar à pâtes. Déjà, à l'époque, nous voulions être notre propre patron. Mais être restaurateur cela ne s'improvise pas. Avec du recul, et chacune nos dix années d'expérience dans l'administratif, nous avons décidé de nous lancer dans notre domaine de compétence.

D'où vous est venue l'idée ?
>> L'idée en elle-même vient de mon associée. Ludivine a un papa couvreur et chef d'entreprise. Auparavant, c'est sa maman qui s'occupait des papiers. Lorsque ses parents ont divorcé, son père a cherché une personne pour gérer la partie administrative mais en vain. Parfois les petites boîtes n'ont pas les moyens d'embaucher un salarié à temps plein ou à mi-temps. D'où l'idée de Ludivine de répondre à ce besoin bien spécifique et de proposer un service pour des missions ponctuelles ou régulières.

Que faisiez-vous auparavant ?
>> J'étais assistante commerciale à Villeneuve d'Ascq dans une entreprise spécialisée dans l'éclairage. Après une rupture de contrat, je me suis retrouvée au chômage. C'était le moment où jamais pour me lancer et ouvrir ma boîte.
 »
Comment avez-vous procédé pour créer Shake'up ?
>> En tant que demandeur d'emploi, j'ai été suivie par la BGE de Lambersart, un organisme qui aide les créateurs d'entreprise. Shake'up a été testé neuf mois en couveuse avant de démarrer réellement. L'occasion de s'assurer que le projet est bien viable. J'ai pu bénéficier d'un accompagnement, de conseils ainsi que de moyens logistiques. C'est d'ailleurs pendant ce laps de temps que mon associée et moi avons décroché nos premiers contrats.

Quels sont vos projets ?
>> Dans l'avenir nous aimerions avoir un local (pour l'instant, elle travaille de chez elle, à Beaulieu). Pour ma part, si l'activité se porte bien, je souhaiterai abandonner mon second boulot car pour le moment nous n'arrivons pas encore à en vivre. Et pourquoi pas, par la suite, embaucher. w Contact Sylvie Ballière : sylvie.balliere@shakeup.fr, 06.26.52.34.45. Ludivine Dufour : ludivine.dufour@shakeup.fr, 06.83.03.51.97.
www.shakeup.fr.

Nord Éclair