Villeneuve d'Ascq

Barbe Bleue, ou l'histoire d'un psychopathe à femmes

Publié le 03/04/2011 à 00h00

La compagnie des Poupées de Chimère proposait au public vendredi soir, à la Ferme d'en haut de Villeneuve d'Ascq, sa dernière pièce de théâtre. « Les Femmes à Barbe Bleue » ont fait réagir la salle, du rire et l'effroi.

Barbe Bleue, ou l'histoire d'un psychopathe à femmes
La compagnie des Poupées de Chimère proposait au public vendredi soir, à la Ferme d'en haut de Villeneuve d'Ascq, sa dernière pièce de théâtre. « Les Femmes à Barbe Bleue » ont fait réagir la salle, du rire et l'effroi.



« Ce soir, c'est du théâtre de création que nous proposons, donc nous attendons environ 70 personnes. Si nous avions fait du théâtre d'impro, on aurait eu 150 personnes », annonce d'emblée Céline Dacquin, responsable de la Ferme d'en haut. Cela donne une idée du pari posé par la compagnie des Poupées de Chimère. Les organisateurs de la Ferme d'en haut ont pris un risque vendredi soir.
« Je n'ai pas vu la pièce qu'elles s'apprêtent à jouer et je ne sais même pas de quoi elle parle » avoue la responsable.


Sur scène, elles sont cinq à jouer leur rôle. Elles, parce qu'il n'y a que des femmes dans la compagnie : Jennifer Boullet, Charlotte Mucklish, Priscilla Sombret, Chloé Thorey et Amandine Wattremez, chacune issue du conservatoire d'art dramatique de Roubaix ou de Lille 3.

Psychopathe à femmes
Elles interprètent à tour de rôle le personnage psychopathe et sordide de Barbe Bleue. Celui-ci est marié et s'en va pour affaires loin de son domicile. Il laisse à sa femme Judith la liberté de s'installer avec des amies dans sa maison de campagne, à la condition de ne pas ouvrir la porte d'un cabinet... mais lui en donne quand même la clé. Bien sûr, Judith ouvre le cabinet et y trouve les corps des cinq ex-épouses de Barbe Bleue. Le piège se referme : Barbe Bleue rentre plus tôt et découvre la trahison. Pendant une heure, les cinq actrices peignent le visage de ce tyran, ses manières, son caractère, ses secrets. Elles parlent souvent en même temps, ce qui aboutit à un brouhaha comique surprenant. Elles ont chacune une histoire à raconter sur Barbe Bleue. Jusqu'à leur assassinat. Un baiser mortel, un gâteau empoissonné...
La question se pose : « pourquoi les barbus sont-ils toujours charismatiques ? » avec à l'appui Che Guevara et Ben Laden.
La barbe, justement, permet à chacune d'elles d'incarner le monstre en la portant. Mimiques, blagues, absurdes. Les situations drôles ne manquent pas. On finit même par se demander si ce Barbe Bleue existe ou si ce n'est pas Judith qui s'est inventée un monde avec ses limites, ses dangers. Au final, les Poupées de Chimère ont réussit leur pari : le spectateur sort de cette pièce à la fois intrigué et amusé.w
FÉLIX PENNEL (correspondant local)

Nord Éclair