Environs de Tourcoing

Ils accrochent leurs talents sur leur Corde à linge

Publié le 19/04/2011 à 00h00

La Corde à linge, c'est l'histoire d'une fratrie neuvilloise, de cousins et de potes liés par l'art. Ils ont décidé de mettre en commun leurs talents. À découvrir samedi au Biplan, à Lille.

Ils accrochent leurs talents sur leur Corde à linge
La Corde à linge, c'est l'histoire d'une fratrie neuvilloise, de cousins et de potes liés par l'art. Ils ont décidé de mettre en commun leurs talents. À découvrir samedi au Biplan, à Lille.


CÉCILE RUBICHON > cecile.rubichon@nordeclair.fr
Une corde à linge. La compagnie ne veut pas être autre chose. Chacun y accroche son talent, ses oeuvres, ses idées... et les partage avec les autres utilisateurs de la corde. « En fait, on est un gros groupe d'amis avec des talents divers et variés, utiles et inutiles », lance Romain Smagghe, le président de cette compagnie qu'il décrit aussi comme une sorte de plateforme de mise en relation d'artistes.
Il est ergothérapeute et joue de la musique. Sa soeur, Chloé, est animatrice en arts plastiques, comme Pauline, une de leurs amis d'enfance. Un de leurs cousins est journaliste et dessine, sa soeur sort de Saint-Luc et s'y connaît en graphisme... « Chacun faisait des trucs dans son coin, on avait envie de travailler ensemble », poursuit-il. Ils en parlaient depuis quelques années. Ils n'ont pas attendu que le temps les éloigne.


En décembre, ils ont créé La compagnie de la Corde à linge. Ils sont une vingtaine, natifs de Neuville, Bondues, Tourcoing, Lille. Actifs ou étudiants, ils ont en moyenne 22 ans. Doués en musique, bricolage, dessin, peinture, arts plastiques, graphisme, liés par le sang et/ou l'amitié, ils sont complémentaires.
Samedi soir, ils font leur « grande lessive de printemps » au Biplan, à Lille. Ils n'ont pas du tout l'intention de laver leur linge sale en public, mais simplement de se faire connaître. Ce sera leur première date. Et ils comptent bien présenter toute la palette, ou la corde, de leurs talents. Dans l'entrée seront exposés des peintures, photos, dessins, plantes en papier mâché, robots, décors...
Ce week-end, presque tous réunis, ils se sont d'ailleurs attelés aux finitions. Fabrication de cadres et supports en carton pour les peintures et dessins.
Création de robots en matériaux de récupération pour ceux qui n'avaient pas encore le leur. Réalisation d'animations pour présenter chacun des membres de la compagnie... Ils fonctionnent en ateliers. Pas trop le choix vu leur nombre et leurs différences.
Au Biplan, samedi toujours, en parallèle de l'expo « bric-à-brac », ils proposeront des concerts puisque deux groupes font partie de la compagnie. Il y aura Les Trois Coups, « de la musique festive à voir », décrit Romain Smagghe, guitariste. « On utilise la mise en scène, des costumes, des accessoires », explique-t-il. Il y aura également Les Fils de pan, « une fille avec sa guitare » qui chante des textes burlesques. Et un groupe invité : Les Ivresses de caracole, plutôt blues, jazz. Voilà pour la première date.

Vers une mission pédagogique
Ils en ont une autre au programme : le 7 mai, au Fivestival, à Fives. Là, pendant que les Trois Coups déambuleront à travers les rues du quartier, les autres animeront des ateliers pour les enfants. Ils pourront s'initier à l'encadrement, dessiner portraits et autoportraits, fabriquer des robots...
« L'idée c'est que tout le monde puisse toucher à l'art et au bricolage », observe Roman Smagghe. « Proposer des ateliers d'initiations aux familles et aux enfants, intervenir auprès des centres de loisirs ou les MJC, c'est vers ça en fait qu'on aimerait s'orienter. » Tout en organisant expositions et concerts quand les opportunités se présenteront.w La grande lessive de printemps de La Compagnie de La Corde à linge, le samedi 23 avril au Biplan, rue Colbert à Lille, à partir de 22h.
Entrée : 3 E.

Nord Éclair