Roubaix

Et pendant ce temps-là, on rénove le collège...

Publié le 01/02/2012 à 00h00

Les menaces qui pèsent sur l'avenir du lycée Van-der-Meersch occupent le devant de la scène. Mais à l'arrière-plan, le chantier de rénovation du collège a démarré. Un investissement à 13 millions d'euros ! Les élus y voient une raison de plus de sauver le lycée des Trois-Ponts.

Et pendant ce temps-là, on rénove le collège...
Les menaces qui pèsent sur l'avenir du lycée Van-der-Meersch occupent le devant de la scène. Mais à l'arrière-plan, le chantier de rénovation du collège a démarré. Un investissement à 13 millions d'euros ! Les élus y voient une raison de plus de sauver le lycée des Trois-Ponts.


YOUENN MARTIN > youenn.martin@nordeclair.fr
C'est juste incroyable : alors que le lycée va se vider à la prochaine rentrée scolaire, on est en train de construire un nouveau bâtiment pour le collège. Quelque chose ne tourne pas rond dans la cité scolaire Van-der-Meersch. Pourquoi ne pas avoir simplement donné un bâtiment du lycée au collège ? « Tout simplement parce que j'ai appris il y a quinze jours la fermeture des classes de seconde du lycée ! Et encore, officiellement, je ne suis au courant de rien ! » répond Bernard Baudoux, le vice-président du conseil général (PS) en charge des collèges.
Le chantier de rénovation et d'extension du collège Van-der-Meersch est acté depuis plus longtemps. Il a d'ailleurs démarré en octobre dernier, bien avant que la rectrice d'académie ne décide de « mettre en réseau » le lycée Van-der-Meersch avec le lycée Rostand, en commençant par y transférer toutes les classes de seconde. Le conseil général a été mis, comme le conseil régional, devant le fait accompli. « Ce sont des établissements qui fonctionnent bien ensemble, estime Bernard Baudoux. C'est sidérant : s'il n'y a plus de lycée, la cité scolaire va être surdimensionnée. Il faudrait travailler collectivement sur ces questions. Fermer le lycée serait une erreur dans un quartier en pleine réhabilitation. »


Un argument de plus ?

Sur les dessins d'architecte, le futur collège des Trois-Ponts est prometteur. Le nouveau bâtiment lui donnera une vraie façade sur l'avenue Van-der-Meersch et une nouvelle identité. Il sera branché numérique, avec près d'une trentaine de tableaux blancs interactifs. Et même s'il n'aura pas de label HQE ou BBC, il sera plus écologique qu'avant. « C'est un bâtiment des années 1950, précise le directeur opérationnel des travaux, Roger Joly. Il n'a pas ou peu d'isolation. » Coût total du chantier : 12,865 millions d'euros.
« C'est presque un nouveau collège ! » s'enthousiasme Pierre Dubois, le premier adjoint. Sur les sept collèges publics de Roubaix, c'est le quatrième que le conseil général rénove ou reconstruit (après Monod, Lebas et Anne-Frank). Samain devrait suivre dans deux ou trois ans. Avec « VDM », Pierre Dubois voit un argument de plus pour pousser la rectrice à revoir sa position sur le lycée. D'autant que la capacité d'accueil du collège va être augmentée de 450 à 650 élèves. Ils ne seront certes pas 200 de plus dès la rentrée 2014, mais le conseil général se veut prévoyant : « Un collège neuf, c'est toujours un afflux d'élèves, entre 50 et 100 en plus, explique Bernard Baudoux. Et il faut prévoir la démographie à 10 ou 15 ans. Si les Français retrouvent le moral, ils auront plus d'enfants. » On ne sait jamais.w

Nord Éclair