Roubaix

Wasquehal : qui se cache derrière les plaintes contre le maire ?

Publié le 24/01/2012 à 00h00

Trois des onze Wasquehaliens qui ont déposé plainte contre la mauvaise gestion du maire sont déjà politiquement engagés. L'opposante Stéphanie Ducret qui les accompagnait préparerait-elle déjà sa campagne ?

Wasquehal : qui se cache derrière les plaintes contre le maire ?
Trois des onze Wasquehaliens qui ont déposé plainte contre la mauvaise gestion du maire sont déjà politiquement engagés. L'opposante Stéphanie Ducret qui les accompagnait préparerait-elle déjà sa campagne ?

Le 18 janvier dernier, l'opposante centriste qui fait cavalier seule depuis 2010 Stéphanie Ducret expliquait dans nos colonnes qu'onze plaintes de Wasquehaliens en colère contre le maire et sa mauvaise gestion de la ville avaient été déposées auprès du procureur.

Profiter de la rébellion
pour préparer le terrain

Aux côtés de cette dernière, quatre d'entre eux ont bien voulu nous expliquer leur démarche. Le premier s'appelle Georges Duval. Un citoyen pas vraiment lambda dans la mesure où ce dernier a été cofondateur du groupe d'opposition Wasquehal Autrement mené par Didier Debels. « Je pense que nous devons être courageux tout comme Stéphanie Ducret qui, après avoir été dans la majorité, a donné sa démission parce qu'elle ne cautionnait pas le fonctionnement de Gérard Vignoble. » Certains élus de la majorité évoquent une tout autre raison pour expliquer son départ. Selon eux, Stéphanie Ducret n'aurait surtout pas digéré le fait de ne pas bénéficier d'un poste d'adjointe au maire. Bref Georges Duval, lui, donne sa confiance à cette opposante qui convoite bien entendu le fauteuil du maire aux prochaines municipales. Le centriste préparerait-il sa petite place sur sa liste ? Sans aucun doute.

Le deuxième plaignant est beaucoup moins ambitieux. Il s'appelle Philippe et habite depuis trois ans seulement à Wasquehal. « Je suis allé pour la première fois au conseil municipal de la ville lorsqu'a été lu le rapport de la CRC. J'ai trouvé l'attitude du maire très irrespectueuse des Wasquehaliens.
Je l'ai beaucoup observé et j'ai remarqué qu'à chaque fois qu'un photographe s'approchait de lui, il souriait. Pourtant les accusations de la CRC étaient là. » Et de poursuivre : « Nous voulons des réponses. Je les attends comme tous les Wasquehaliens d'ailleurs qui étaient présents ce soir-là. Nous devons savoir ce que le maire a fait pendant toutes ces années avec notre argent. » Philippe n'a pas exclu un possible engagement auprès de Stéphanie Ducret, tout du moins auprès de son association Citoyenneté Wasquehal.

La troisième plaignante, Véronique, n'est pas une inconnue dans le microcosme de la politique locale. Elle est depuis plusieurs années engagée auprès de Didier Debels et de son groupe Wasquehal Autrement mais a souhaité aussi rejoindre l'association de Stéphanie Ducret : « Porter plainte est pour moi un acte citoyen. Je veux des réponses. Gérard Vignoble doit arrêter de noyer le poisson. » Enfin, le quatrième plaignant s'appelle Jan Laarman, centriste lui aussi. Il est ni plus ni moins que le complice depuis 2004 de Stéphanie Ducret dans la mise en place de l'association Citoyenneté Wasquehal : « Il faut porter plainte car c'est le seul moyen de connaître la vérité. Il faut que les Wasquehaliens s'indignent. » Stéphanie Ducret, elle, entend bien profiter de cette rébellion pour préparer le terrain. « Imaginons qu'il y ait des élections anticipées. Nous devons travailler pour avoir des solutions à proposer aux Wasquehaliens. On ne veut pas tirer sur l'ambulance mais proposer autre chose. »

Nord Éclair