Roubaix

19 mars 1962 : la seule date qui ait du sens pour les anciens d'Algérie ?

Publié le 20/03/2011 à 00h00

Depuis 2002, on commémore deux fois la fin de la guerre d'Algérie. À Roubaix, la cérémonie d'hier a été bien plus suivie que celle du 5 décembre. Peut-être parce qu'elle a la seule à être reliée à un événement historique ?

19 mars 1962 : la seule date qui ait du sens pour les anciens d'Algérie ?
Depuis 2002, on commémore deux fois la fin de la guerre d'Algérie. À Roubaix, la cérémonie d'hier a été bien plus suivie que celle du 5 décembre. Peut-être parce qu'elle a la seule à être reliée à un événement historique ?


Le 5 décembre dernier, au pied du monument aux morts, ils étaient exactement seize à se recueillir. Douchés par une froide pluie d'hiver. Dans notre compte-rendu, nous posions la question : qui se soucie encore de cette date ajoutée par le président Chirac au calendrier des commémorations ?
Hier matin, ils étaient une bonne trentaine à se retrouver au même endroit pour se souvenir des mêmes événements dramatiques d'Algérie. Sous un soleil radieux. À croire que la météo a choisi son camp.
Car cette histoire de date divise. Le 19 mars 1962, c'est l'entrée en vigueur officielle du cessez-le-feu. Mais bien des gens sont morts après, d'où l'idée de Jacques Chirac de rendre un hommage aux victimes civiles et militaires le 5 décembre, même si ce jour n'est l'anniversaire d'aucun événement particulier.


Pour la Fnaca (Fédération nationale des anciens combattants d'Algérie), représentée hier par Arlette Quennoy, « commémorer l'anniversaire du cessez-le-feu en Algérie du 19 mars 1962, c'est respecter la vérité historique, ne pas oublier le sang versé et les souffrances, regarder son histoire avec ludicidité ». Un point de vue partagé par Pierre Dubois, le premier adjoint : « Le cessez-le-feu, c'est bien le 19 mars et non en décembre, comme on a essayé de le faire croire ».
Pourtant, le maire, René Vandierendonck, avait honoré de sa présence la cérémonie du 5 décembre et déclaré : « Toutes les souffrances devraient avoir droit de cité, celles des civils et celles des militaires... »w
YOUENN MARTIN

Nord Éclair