Lille

A Lille, Knapfla décore les vitrines fantastiques

Publié le 03/10/2012 à 00h00

Avec 682 commerçants qui ont opté pour le kit vitrine lille3000, les dessins de Knapfla sont affichés partout. Une chance pour cette jeune artiste, qui va en profiter pour exposer tous ses « gribouillages » dans le Vieux-Lille. Rencontre.

A Lille, Knapfla décore les vitrines fantastiques
Avec 682 commerçants qui ont opté pour le kit vitrine lille3000, les dessins de Knapfla sont affichés partout. Une chance pour cette jeune artiste, qui va en profiter pour exposer tous ses « gribouillages » dans le Vieux-Lille. Rencontre.

Son nom signifie jeu de plume en allemand. Pourtant, la dessinatrice Géraldine Federspiel a choisi de prendre un pseudo : ce sera knapfla, « une spécialité d'Alsace, dont je suis originaire, qui ressemble un peu aux gnocchis ». « L'artiste gribouilliste » à l'origine des dessins qui décorent, les vitrines des commerçants lillois. Et tout cela grâce à un heureux hasard : à Noël dernier, Knapfla décore la vitrine de la galerie d'art SR 77. Elle est repérée par l'organisation de l'événement culturel, qui lui confie la création des stickers Fantastic. Lesquels sont parfois même sortis de la capitale des Flandres.

« J'ai déjà vu des kits collés à Roubaix, et même sur des pompes funèbres à Fives. J'aurai bien aimé qu'il y ait un kébab, mais bon ... » sourit la jeune femme.
Alors parfois, le week-end, elle se lance dans un jeu de piste. À la recherche de ses commerçants qui l'exposent sans la connaître.

Univers enfantin

« J'aime ce qui est simple, efficace. » glisse la dessinatrice. Ses personnages créés pour lille3000 Fantastic n'en sont pas moins complexes : une licorne arbore les tentacules de la pieuvre hébergée à l'Hospice Comtesse. La soucoupe volante du designer britannique Ross Lovegrove est tractée par un parachute. Et le fameux lapin rose de Nick Cave porte des fragments du verger énergétique à découvrir parc Lebas.
« Je suis très inspirée par les livres pour enfants. En voyant mes dessins, on se dit d'ailleurs souvent que c'est gentillet. Mais il y a toujours un point de radicalité qui nous rappelle le monde dans lequel on vit » confie la jeune femme, qui ajoutera que ses dessins sont tout de même « toujours capillotractés, un peu fous ».

Une autre constante dans les projets de Knapfla : le besoin de raconter une histoire. « À la base, j'avais imaginé que tous mes personnages allaient à un bal fantastique en forêt » précise d'ailleurs l'artiste.
Alors elle aurait aimé assister à la pose de ses stickers par les commerçants : « J'aurai aimé être une petite souris, pour voir ce que les commerçants disaient quand ils collaient. Entendre l'histoire qu'ils imaginaient. »w Knapfla exposera prochainement ses dessins « fantastic » dans l'atelier de sérigraphie d'Alain Guise.

Renseignements sur www.knapfla.com/blog/
ou par mail : geraldine@knapfla.com.

Nord Éclair