Lille

Ace Out, une éruption sonore à découvrir de toute urgence !

Publié le 10/02/2012 à 00h00

Le groupe pop-rock lillois Ace Out sort « Hot Coals », son nouveau maxi 5 titres. Une soirée de lancement est prévue ce samedià la maison Folie de Moulins. Turn on the heat !

Ace Out, une éruption sonore à découvrir de toute urgence !
Le groupe pop-rock lillois Ace Out sort « Hot Coals », son nouveau maxi 5 titres. Une soirée de lancement est prévue ce samedià la maison Folie de Moulins. Turn on the heat !

Toujours plus vite, plus haut, plus fort. L'hyper-énergique groupe lillois poursuit sa lente mais certaine ascension. Depuis sa création au début des années 2000, Ace Out n'arrête pas : Lille, Paris, Londres, Budapest, New York, Philadelphie... Cinq ans apès Sweet sweat songs from the basement, premier album autoproduit, Ace Out régale son public de cinq nouveaux titres.
Certains trouveront ça un peu court. « Nous jouons certains de ces morceaux depuis un an déjà, en concert. Notre évolution artistique est constante, expose Pierre (chanteur). Cet EP, c'est aussi une manière de se délester de ce que nous accumulons au fil du temps. » À sa création, il y a maintenant dix ans, le groupe s'élève sur la scène des années 90. Fusion de metal et de rap, influences funk et punk : Rage Against the Machine, Red Hot Chili Peppers.


Leurs premiers jets étaient « grossiers », juge Quentin (guitare, choeurs) avec le recul. Petit à petit, « l'aspect pop song s'est renforcé ». Il poursuit : « Les cinq titres de Hot Coals sont plus homogènes. Nous avons travaillé la cohérence à l'intérieur de chaque morceau. » L'ensemble en sort manifestement grandi.
« C'est un polaroïd d'Ace Out 2011-12, décrit Pierre. L'idée est de donner les morceaux tant qu'ils sont encore chauds. D'où le titre du maxi : sur des charbons ardents. »


Ace The Use ?
L'objectif est surtout de démarcher des producteurs pour produire un second album. Sans pour autant bouder leurs fans. « Nous n'avons jamais été poussés par un label. Nos deux maxis et notre album ont été réalisés en auto-production. Sauf Sweet sweat songs from the basement qui a bénéficié du soutien de Believe à la distribution », précise encore le chanteur. Philosophie do it yourself (faites-le vous-même ndlr).
La scène musicale lilloise donne dernièrement l'impression d'être une marmite en ébullition. Tandis que Skip the Use prend le chemin des Victoires de la musique, Ace Out revient d'une tournée aux États-Unis avec les Colt Silvers organisée par FrenchMade. Les Lillois ont goûté aux spotlights du Zénith, aux planches du Sziget, au Main Square Festival en 2010. Ils ont assuré les premières parties de Tiken Jah Fakoly, Fall Out Boy, Indochine.


« On aime faire les trucs à fond, s'échauffe Quentin. On est là pour que les gens transpirent avec nous, être concret, physique. On n'est pas là en dilettante. » Ace Out délivre une musique énergique, dansante, entêtante. L'énergie n'est pas forcément dans les décibels, simplement mieux canalisée donc plus efficace. Difficile de se retenir de ne pas bouger en rythme. Un aboutissement ? « Nous n'avons jamais l'impression d'aboutir.
Je ne veux pas le voir comme un accomplissement. Nous sommes toujours en recherche, l'évolution suit son cours », déclare le guitariste.
On parie que vous en entendrez re-parler bientôt.

Prochains concerts : 11 février à 20h30, release party de « Hot Coals » (Maison Folie de Moulins) ; 7 avril, Grand Mix (Tourcoing) ; 14 avril, Voûtes aux étoiles (Douai)

Nord Éclair