Lille

Cité Lys, qu'un début...

Publié le 25/11/2010 à 00h00

Les habitants de la Cité Lys ont pu, hier soir, découvrir les esquisses du projet de réhabilitation profonde qui concerne leurs logements. Après deux réunions de concertation, la mairie pensait achever une première étape de travail. Mais il reste encore beaucoup de questions...

Cité Lys, qu'un début...
Les habitants de la Cité Lys ont pu, hier soir, découvrir les esquisses du projet de réhabilitation profonde qui concerne leurs logements. Après deux réunions de concertation, la mairie pensait achever une première étape de travail. Mais il reste encore beaucoup de questions...


JULIA MÉREAU > julia.mereau@nordeclair.fr
Certes, on était loin du climat tendu de la première réunion d'il y a un an, où des propriétaires étaient venus faire savoir qu'ils sortiraient les crocs, si jamais la mairie venait à toucher à une brique de leur patrimoine. Mais de là à considérer comme abouti le projet présenté pour réhabiliter la Cité Lys, il y a un pas que les Fivois n'ont pas franchement sauté hier soir.


Début des travaux en 2012
En confère des questions posées par des habitants de la Cité Lys : « est-ce que ceux qui veulent revenir pourront accéder à une maison au même prix qu'ils l'ont achetée ? », ou « est-ce qu'il sera possible de rester pendant les travaux ? », ont redemandé certains. Comme si de premières concertations, il n'y eut jamais eu... A ce détail près, qu'hier soir, l'élue au logement, Audrey Linkenheld, s'est montrée plus catégorique qu'il y a un an. « Non, ce sera impossible de rester là pendant les travaux ». Lesquels travaux de démolition et reconstruction ont, hier, été également précisés dans leur calendrier. « Si tout se passe bien, si les choses sont gérées à l'amiable, on peut penser à un début des travaux pour 2012 ». En d'autres cas, a aussi prévenu l'élue hier soir, la mairie fera usage d'une « déclaration d'utilité publique ».
Ce qui n'est pas tout à fait la même position tenue par la Ville, il y a un an... Quid alors des 18 logements encore occupés sur les 30 à la Cité Lys ? Hier, c'est vrai qu'aucune réticence n'a été effectivement développée par les habitants présens de la Cité Lys.
Non. Mais à leur place en fait, ce sont les riverains qui sont venus remettre en question le projet. Ce propriétaire-là, par exemple, s'est montré fort étonné de ne pas avoir été consulté sur l'ouverture programmée de son espace privatif, au 32 rue Malsence... Tandis que ceux-ci ont remis en question la requalification d'une ruelle qui rejoint la rue Bourjembois, en chemin plus étroit. « Dans le quartier, on voit assez de piétons s'enfuir par ce genre de ruelles et dans lesquelles les voitures de police restent bloquées. Vous allez déplacer le problème de la délinquance vers la rue Bourjembois ». Réponse un peu gênée des urbanistes : « Ce n'est qu'une étape de travail, il faut qu'on réfléchisse encore ensemble alors ». Audrey Linkenheld l'avait dit en boutade en début de réunion, suite à des retards ou des absences, que ce « n'était pas la soirée des urbanistes ce soir ». Ce n'était ni plus celle de la Cité Lys ; il y a encore du pain sur la planche... w

Nord Éclair