Béthune

Cette semaine, une expo et une table ronde pour mieux connaître la prison

Publié le 09/01/2012 à 00h00

« Faire connaître ce qui se passe derrière les murs d'une prison. » C'est le but recherché par l'exposition et la table ronde qui auront lieu cette semaine à Béthune.

Cette semaine, une expo et une table ronde pour mieux connaître la prison
« Faire connaître ce qui se passe derrière les murs d'une prison. » C'est le but recherché par l'exposition et la table ronde qui auront lieu cette semaine à Béthune.


Elles font écho à un événement national, les « Journées nationales prison », 18e du genre. Elles ont lieu en novembre et regroupent des associations telles que les visiteurs de prison, le Secours catholique, la Croix-Rouge, Emmaüs... Dans la cité de Buridan, par commodité de dates, on a attendu le passage à la nouvelle année.
Localement, ce sont surtout les visiteurs de prison et le Secours catholique qui ont planché sur une déclinaison du thème national, explique Jean-Paul Moret. Ce thème, c'est la prison comme entreprise d'insertion, « le travail et les activités en maison d'arrêt ». Du bon côté du mur, on entend souvent le quidam piaffer sur ces détenus disposant d'une salle et d'un terrain de sport. Jean-Paul Moret rappelle que par delà la détention, les activités sportives ou culturelles procèdent de la future « réinsertion ».
Avant de devenir visiteur, il y a dix ans, lui-même savait peu de choses de la vie derrière les barreaux. « J'y suis venu par hasard, grâce à un ami qui l'était déjà. » Il s'est pris au jeu en découvrant l'aide qu'il pouvait apporter à des hommes qui, dans les souvenirs de son enfance, étaient considérés comme « des parias ». Il a découvert « le côté noir de la société » mais aussi ses nuances. Les difficultés sociales, beaucoup de solitude. Là où une oreille attentive et muette est appréciée.


Cette semaine, le collectif a choisi deux axes. D'abord une exposition, de mardi à vendredi, de 10 h à 18 h, à la médiathèque Elie-Wiesel. Sept panneaux « faits maison » bâtis à partir de chiffres fournis par la maison d'arrêt de la rue d'Aire et de photos prises dans les ateliers ou lors des activités culturelles. « On n'est pas là pour dire ce qui va ou pas. L'objectif, c'est de faire sortir des informations de prison, de montrer ce qui s'y passe en dehors de la détention pure ». Expliquer, « au-delà d'un quotidien difficile, le travail de réinsertion » : les ateliers, la formation, la création d'une bibliothèque à laquelle le comédien Fred Personne a donné son nom, le sport, les chantiers extérieurs...
Samedi, à 14 h 30, une table ronde sera animée à la Maison du doyenné, juste en face de la prison, par un ancien journaliste, délégué régional de l'ANVP, sur le même thème. Y participeront le directeur de la maison d'arrêt ou son adjoint, la responsable du service de probation et d'insertion, des visiteurs de prison... Bref, des « acteurs » du milieu carcéral. Mais des chaises sont prévues pour ceux que la question intéresse, même s'ils n'ont pas reçu d'invitation. I. M.
Si vous souhaitez rejoindre la dizaine de visiteurs de prison locaux, appeler l'ANVP au 01 55 33 51 25. Ou sur www.anvp.org

Nord Éclair