Béthune

Deux cents élèves du lycée d'Artois dans la rue contre la suppression de postes et de classes

Publié le 08/02/2011 à 00h00

Ils étaient deux cents élèves, lundi matin, entre le lycée d'Artois et Loisinord pour manifester contre la suppression des postes et le démantèlement du service dans l'Éducation nationale. Des professeurs les accompagnaient.

Deux cents élèves du lycée d'Artois dans la rue contre la suppression de postes et de classes
Ils étaient deux cents élèves, lundi matin, entre le lycée d'Artois et Loisinord pour manifester contre la suppression des postes et le démantèlement du service dans l'Éducation nationale. Des professeurs les accompagnaient.




PAR JEAN-PIERRE GLORIAN


béthune@info-artois.fr De mémoire de professeur, il y a longtemps qu'on n'avait pas vu cela au lycée d'Artois (généraliste et professionnel). Des lycéens dans la rue, certes, mais accompagnés de professeurs qui défendent la même cause : contre les suppressions de postes et de classes dans le cadre de la réforme des lycées proposée par le ministère. « L'éducation sous tension, non aux suppressions de postes, la mobilisation, c'est la solution, nous sommes l'avenir de la nation », pouvait-on lire sur les banderoles des lycéens, en tête du cortège.
« On a pris la décision vendredi, lors du CVL (conseil de vie des lycéens), et on a été rejoints par des professeurs de l'établissement. Grâce à facebook, évidemment, le mouvement a pris de l'ampleur », expliquent des lycéens. Hier, à 8 h 30, un sit-in était réalisé devant le lycée d'Artois. Les professeurs, par l'intermédiaire d'Anne Dubelloy, ont fait circuler un tract, expliquant qu'à la prochaine rentrée, le lycée allait subir une sévère réduction de ses moyens : « Sept postes vont être supprimés, et une quinzaine de collègues vont avoir un mi-temps, les contraignant à trouver un complément de service. La réforme des lycées n'a d'autre finalité que de supprimer des heures d'enseignement et de faire des économies budgétaires au détriment des élèves. C'est à nous de défendre nos postes et le maintien du service public juste. Rejoignons les élèves lundi et dénonçons avec eux la logique de suppressions de poste. » Malgré les statistiques qui montrent un afflux de nouveaux élèves à la rentrée, des classes de seconde vont être supprimées et donc des professeurs, autant dans l'établissement professionnel (316 élèves) que général (613).
Une délégation a été reçue à la mairie. Quatre conseillers municipaux ont annoncé que les élus seraient aux côtés des manifestants, jeudi, pour le mouvement national.
Côté direction, le nouveau proviseur Frédéric Vieban a indiqué qu'effectivement, une vingtaine de professeurs avait accompagné les manifestants lundi, mais que le lycée restait ouvert.
De son côté, le conseil de vie des lycées devait décider, hier en fin de journée la poursuite ou non du mouvement entamé hier.

Nord Éclair