Dépêches

Grève des contrôleurs : le trafic très perturbé dans la région

Publié le 06/10/2011 à 00h00

La direction de la SNCF a fait état d'un trafic presque nul, ce jeudi en fin d'après-midi, sur l'ensemble du réseau national. Dans les gares de Lille, noires de monde, quasiment plus aucun train ne circulait en fin d'après-midi. Les perturbations, très importantes encore en début de soirée, devraient perdurer jusqu'à ce vendredi matin au moins.

Grève des contrôleurs : le trafic très perturbé dans la région
La direction de la SNCF a fait état d'un trafic presque nul, ce jeudi en fin d'après-midi, sur l'ensemble du réseau national. Dans les gares de Lille, noires de monde, quasiment plus aucun train ne circulait en fin d'après-midi. Les perturbations, très importantes encore en début de soirée, devraient perdurer jusqu'à ce vendredi matin au moins.

Le mouvement de grève, parti après l'agression d'un contrôleur près de Besançon ce matin, a très rapidement gagné l'ensemble du territoire français.

Toutes les gares sont concernées, notamment celles de Lille, où la foule de passagers s'amasse, faute de trains au départ. La direction régionale de la SNCF a indiqué en fin d'après-midi ce jeudi qu'elle "s'efforce de mettre en place des navettes" et de récupérer "un maximum de bus et de cars pour assurer le retour à domicile" des usagers. Mais, a reconnu un porte-parole de la SNCF Nord-Pas-de-Calais : "les moyens sont limités".

Des centaines de passagers bloqués à quai

En gare de Lille-Flandres, des centaines de passagers se massent devant des quais vides ou le long desquels les trains restent résolument immobiles. Les télèphones portables rivés sur les oreilles, les yeux fixés sur le tableau d'affichage, les usagers attendent, vainement, que le trafic reprenne. Sur le tableau des départs, justement, les messages indiquant que les trains auraient un "retard indéterminé", ont changé de tonalité, vers 18 h. cette fois, la mention "supprimé" fleurit devant chaque horaire annoncé. Seul le TGV Lille-Paris était annoncé "à l'heure", à 18h, mais aucune indication de quai n'était précisée... à 18h02.

Dans la foule, les gens semblent globalement prendre leur mal en patience. La plupart disent comprendre le mouvement de grève, d'autant qu'un message tourne toutes les dix minutes, expliquant que le mouvement est dû à "une agression particulièrement grave d'un contrôleur". L'inquiétude de beaucoup n'en est cependant pas moins grande. La suppression des trains intervient en effet au pire moment de la journée : sur les quais, la très grande majorité des gens bloqués sont ceux qui, travaillant sur Lille, se préparaient à prendre le train du retour à la maison.

Vers 18h20, plusieurs trains sont finalements partis, mais l'espoir a été de courte durée pour les usagers bloqués à quais, puisque dans la minutes qui ont suivi, tous les trains étaient, de nouveau, indiqué comme étant supprimés.

A 18h30, à l'issue des négociations menées au niveau régional, à Lille, entre la direction de la SNCF et la CGT et Sud-Rail, les sydicats ont accepté de remettre à disposition quelques contrôleurs, pour assurer la circulation de "un ou deux trains". "La remise en route se fait avec difficulté", a expliqué le secrétaire régional de la CGT contrôleurs, Bruno Wallard, qui a précisé qu''il faut du temps pour que la machine se remette en route".

Perturbations jusqu'à ce vendredi matin, au moins

Ce vendredi matin, dès 9 h, syndicats et direction se retrouvent de nouveau autour de la table pour poursuivre les négociations. D'ici là, la circulation des trains dans le Nord-Pas-de-Calais devrait continuer d'être très perturbée. Ce vendredi matin, le trafic devrait également être fortement impacté, du fait des conséquences des arrêts de travail de ce jeudi. Les consignes de la direction de la SNCF, qui conseillait aux usagers de prévoir des solutions de transport alternatives restent donc d'actualité.

Plus d'infos à venir sur nordeclair.fr

Nord Éclair