Dépêches

Hénin-Beaumont : L'adjoint au maire devant le tribunal le 26 mai

Publié le 02/04/2009 à 00h00

Déféré devant le Parquet hier matin à l'issue d'une garde à vue de 48 h, Philippe Demarquilly comparaîtra le 26 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Béthune. L'adjoint au maire d'Hénin est prévenu de prise illégale d'intérêts.

Hénin-Beaumont : L'adjoint au maire devant le tribunal le 26 mai
Déféré devant le Parquet hier matin à l'issue d'une garde à vue de 48 h, Philippe Demarquilly comparaîtra le 26 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Béthune. L'adjoint au maire d'Hénin est prévenu de prise illégale d'intérêts.

« Monsieur Demarquilly, adjoint au maire d'Hénin-Beaumont, a acquis un terrain agricole en juillet 2003 pour la somme de 3689€ puis l'a revendu en juin 2007 pour la somme de 774700€, après que ce terrain eut été classé en zone constructible par le plan local d'urbanisme de la ville », explique Brigitte Lamy, la procureure de la République de Béthune.

Plan local d'urbanisme dont Philippe Demarquilly, en sa qualité d'adjoint à l'urbanisme justement, aurait élaboré certaines modifications à des fins personnelles. L'élu a par la suite participé au vote de la délibération municipale entérinant ces modifications. « Ces faits constituent le délit de prise illégale d'intérêt », résume encore la procureure.

Plus précisément, Philippe Demarquilly était copropriétaire avec son père et son oncle de 77000m² de terres agricoles à Hénin-Beaumont. Face à la grogne des riverains de voir s'implanter sous leurs fenêtres un vaste entrepôt logistique, baptisé Parcolog2, Gérard Dalongeville avait tenu à les rassurer entre les deux tours des élections municipales: le projet verra bien le jour, mais à un autre endroit.

Pourtant, dans le même temps, en totale contradiction avec ces déclarations, le maire et son adjoint à l'urbanisme ont bien négocié la vente des terrains à la société CIRMAD Nord et lui ont octroyé un permis de construire pour la plate-forme logistique.

Une plus-value d'au moins 500 000€

Déduction fiscale faite, Philippe Demarquilly aurait réalisé à travers cette opération illégale une plus-value estimée à quelque 500 000€. Déféré devant le Parquet hier matin à l'issue de sa garde à vue, l'élu héninois a été placé sous contrôle judiciaire en attendant sa comparution devant le tribunal correctionnel de Béthune le 26 mai prochain. Il encourt 5 ans de prison et 75000€ d'amende.

Le FN, qui a dénoncé les faits lors du conseil municipal du 12 février dernier et porté plainte dans la foulée, pourrait se constituer partie civile.

GAËLLE CARON

Nord Éclair