Actualités de la région

Trois policiers du commissariat de Roubaix mis en examen

Publié le 12/04/2012 à 00h00

Tout commence par le suicide, à Douai, d'un policier. Une enquête est ouverte sur les causes de la mort. Et on trouve une lettre accusatrice.

Trois policiers du commissariat de Roubaix mis en examen
Tout commence par le suicide, à Douai, d'un policier. Une enquête est ouverte sur les causes de la mort. Et on trouve une lettre accusatrice.

La thèse de suicide est finalement retenue sans problème. Mais la lettre écrite par le désespéré, en dehors des raisons évoquées, pose un problème car le policier décrit des manquements graves à la discipline de certains de ses collègues. Ces problèmes auraient peut-être joué dans le désespoir de l'homme qui se sentait persécuté.
Comme le Douaisien était en réalité policier à Roubaix, le dossier passe alors entre les mains de l'Inspection Générale de la Police Nationale, qui mène l'enquête, et du parquet de Lille. La juge d'instruction Sabine Corvaisier est désignée. Les faits décrits ne sont pas datés précisément mais l'IGPN les retrouve.

Feu rouge grillé et test d'alcoolémie truqué


Le 24 décembre, un policier va voir une amie dans une voiture de police. La voiture est garée en bas de chez l'amie mais un inconnu l'incendie. Le fait divers est assez banal mais il est difficile d'expliquer pourquoi le véhicule administratif se trouvait là. Le policier aurait inventé alors un tapage nocturne.
Des policiers grillent un feu rouge et tamponnent une voiture qui passait au vert. Les constatations sont truquées et les responsabilités inversées. Même trucage pour un policier pris en état d'ivresse au volant. Pour camoufler le scandale naissant, un autre policier souffle dans le test d'alcoolémie à la place du conducteur.


Au cours de leur garde à vue, les policiers, cuisinés par l'IGPN, auraient avoué. Puis ils se seraient rétractés en tout ou en partie. Toujours est-il que la juge d'instruction a mis en examen trois policiers du commissariat de Roubaix pour « faux et usages de faux », également pour une conduite en état d'ivresse. Ils ont été suspendus administrativement.

Ils disposent d'un avocat
pour les assister


Deux autres policiers roubaisiens ont bénéficié de la position de « témoin assisté » : comme ils pourraient être mis en examen par la suite, ils bénéficient d'ores et déjà d'un avocat pour les assister.


Bien sûr, ces mises en cause, même si elles ne sont pas gravissimes, ont entraîné quelques remous. Hier, le procureur de Lille, Frédéric Fèvre, a confirmé l'essentiel de nos informations : « La mission des policiers est d'appliquer la loi et il est inacceptable que certains se conduisent comme des délinquants », nous a-t-il déclaré.

Nord Éclair