Actualités de la région

Photos. Hollande, dans les pas de Mitterrand

Publié le 09/09/2011 à 00h00

Le favori des primaires PS était en tournée de campagne, hier, dans le bassin minier. Après Liévin, marquée par l'empreinte mitterrandiste, Lens, Lorette, et Loos-en-Gohelle, il a tenu meeting à Oignies.

Photos. Hollande, dans les pas de Mitterrand
Le favori des primaires PS était en tournée de campagne, hier, dans le bassin minier. Après Liévin, marquée par l'empreinte mitterrandiste, Lens, Lorette, et Loos-en-Gohelle, il a tenu meeting à Oignies.



Oignies, 19 h 45. Alors que la salle Bouchard est déjà bien remplie, François Hollande se fait désirer. Il faut dire que le favori de la primaire PS avait un après-midi bien chargé : visite du Louvre Lens, du mémorial de Notre-Dame de Lorette, de la base du 11/19 de Loos-en-Gohelle, du carreau de fosse 9/9 bis voisin...
Sans compter son long passage à l'hôtel de ville de Liévin où il s'est prêté à un discours improvisé face à quelques militants de ce bastion rose sous le regard bienveillant de François Mitterrand, dont le portrait trône dans la salle de cérémonie. Là même où, 17 ans plus tôt, le dernier président socialiste avait appelé sa famille politique au rassemblement.


Un symbole que n'a, bien sûr, pas manqué de relever celui qu'on présente comme son successeur. « J'étais présent lors de ce congrès où il nous livrait ses derniers conseils, ses derniers jugements, ses dernières prophéties et nous appelait au courage, à la constance, à l'unité. Je suis venu ici pour retrouver cette force », témoigne le député corrézien.
Peu avant 20 h, il fait enfin son entrée sous un tonnerre d'applaudissements, prenant le temps de saluer la foule avant de rejoindre l'estrade du meeting. À ses côtés, ses fidèles soutiens, au premier rang desquels Daniel Percheron, le président de Région, mais aussi Jean-Pierre Kucheida, le député-maire de Liévin ou Jean-Pierre Corbisez, conseiller général et maire d'Oignies.
Même Catherine Génisson, la première fédérale du PS du Pas-de-Calais, indéfectible alliée de Martine Aubry, est là. Rappelant que « l'élection primaire doit permettre le débat politique, celui du respect des uns et des autres ». Et appelant au rassemblement le matin du 17 octobre « pour préparer la victoire de la gauche ».
Le maire de Lens
ménage le suspense...

Seul Guy Delcourt manque à l'appel. L'élu lensois, qui ne s'est toujours pas prononcé en faveur d'un candidat, s'en est d'ailleurs expliqué.
« Tout ce que je peux dire, c'est que trois ne m'intéressent pas : Montebourg, Valls et Royal. Quant aux deux restants, chacun a ses défauts et ses qualités. Quoi qu'il en soit, les Français n'ont pas besoin de Guy Delcourt pour choisir. J'annoncerai pour qui j'ai voté après le premier tour de la primaire. » Toutefois, la présence de Ghislaine Clin, sa directrice de cabinet, également secrétaire adjointe du PS 62, sonne comme un indice.
Outre les élus, il y avait des militants, bien sûr. À l'instar de Benjamin, 17 ans, aux yeux duquel François Hollande, en plus de « répondre aux attentes des jeunes », « a la meilleure carrure présidentielle ». Mais aussi de simples sympathisants venus, pour certains, afficher leur choix, pour d'autres le confirmer. « Je ne sais pas encore pour qui je vais voter mais en tout cas, François Hollande est celui qui me plaît le plus », confie Liliane, 63 ans. Car cette habitante du bassin minier attend du futur chef de l'État qu'il s'attaque au chômage, à l'augmentation des salaires et à la sécurité.
Autant de chantiers auquel promet de s'atteler le candidat à la primaire, conscient qu'il est « dur de vivre dans le Pas-de-Calais, qui a pourtant des atouts considérables ». « C'est un territoire d'histoire, de mémoire et de culture, mais aussi d'avenir, de progrès et de développement. »w

Nord Éclair