Actualités de la région

Un quart des TER ne circulera pas dans la région pendant la Braderie

Publié le 02/09/2011 à 00h00

La menace d'une grève planait comme chaque année sur la Braderie de Lille. Cette fois-ci, le préavis n'a pas été levé : la CGT Cheminots maintient ferme ses revendications face à une direction étonnée.

Un quart des TER ne circulera pas dans la région pendant la Braderie
La menace d'une grève planait comme chaque année sur la Braderie de Lille. Cette fois-ci, le préavis n'a pas été levé : la CGT Cheminots maintient ferme ses revendications face à une direction étonnée.



La direction y a cru jusqu'au dernier moment. Mais cette fois, le syndicat majoritaire chez les cheminots du Nord - Pas-de-Calais, la CGT, n'a rien lâché : le préavis de grève planant sur l'ensemble du réseau ferroviaire régional a bel et bien été déposé pour ce week-end de fête lilloise. Et il prendra effet dès ce soir, minuit, pour s'achever lundi, dès 8 h pour les conducteurs et 12 h pour les contrôleurs. Conséquence : un TER sur quatre ne circulera pas ce week-end (les horaires des trains supprimés ne seront connus que ce matin), « ce qui pourrait affecter quelque 35 000 bradeux venant de la métropole lilloise », estime Jacques Goolen, directeur régional de la SNCF qui semble aussi étonné que « déçu ».
La CGT Cheminots s'abstient quant à elle de toute approximation - « nous n'avons pas eu le droit de connaître le nombre d'intentions de grève » , explique Dominique Sens, secrétaire régional. Le syndicat, qui nie être dans la provocation, explique en revanche pourquoi « c'est à la direction qu'il faut en vouloir » : en tête des revendications, le manque d'effectifs pour mettre en place le cadencement de la grille horaire des trains, à la fin de l'année (lire ci-dessous). « Depuis 2007, 600 postes ont été supprimés dans la région chez les cheminots, aiguilleurs, contrôleurs et conducteurs confondus, alors que la fréquentation des TER a augmenté de 30 %, précise Dominique Sens.


Ce sont les usagers qui en pâtissent, et ce n'est pas notre définition du service public. »
Le dispositif Braderie maintenu
Dans le viseur des cheminots également, la libéralisation tarifaire qui pourrait engendrer une hausse du billet de train, et la fermeture du centre de triage du fret à Somain, en octobre. Preuve, pour la CGT, que « la SNCF préfère favoriser ses filiales de transports routiers ».
Ainsi le bradeux de la métropole lilloise devra-t-il songer, ce week-end, à utiliser bus, métro, tram ou pieds pour se rendre dans la capitale des Flandres.
À moins qu'il puisse compter sur le service minimum déclenché par la direction régionale de la SNCF. (« Nous avons rappelé une centaine d'agents sur leurs jours de congés », affirme Jacques Goolen), ou sur les 40 trains exceptionnellement mis en service pour la Braderie, et maintenus. La CGT, qui a demandé à être reçue par la commission transport du conseil régional, a déjà annoncé qu'elle se mobilisera de nouveau courant septembre.
w Infos sur www.ter-sncf.com ou au 0.800.54.54.57.

Nord Éclair