Actualités de la région

Interpellé mardi, Redoine Faïd est toujours en garde à vue

Publié le 30/06/2011 à 00h00

Redoine Faïd, le braqueur présumé âgé de 37 ans et recherché dans le cadre de la mort d'une policière municipale en 2010, était toujours en garde à vue hier dans les locaux de la police judiciaire de Lille après son interpellation, mardi, à Villeneuve d'Ascq.

Interpellé mardi, Redoine Faïd est toujours en garde à vue
Redoine Faïd, le braqueur présumé âgé de 37 ans et recherché dans le cadre de la mort d'une policière municipale en 2010, était toujours en garde à vue hier dans les locaux de la police judiciaire de Lille après son interpellation, mardi, à Villeneuve d'Ascq.


Placé en garde à vue (une garde à vue qui peut durer jusqu'à 96 heures, ndlr), Redouane Faïd était toujours retenu hier dans les locaux de la police judiciaire de Lille après son interpellation, mardi, à Villeneuve d'Ascq.
On en sait un peu plus sur les circonstances de son arrestation. En fait, Redoine Faïd a été repéré par des hommes de l'anti-gang de la PJ alors qu'il se trouvait dans un snack de la rue du Moulin Delmar à Villeneuve d'Ascq, à deux pas du boulevard de l'Ouest. Il était en compagnie de deux autres individus : les enquêteurs soupçonnaient ce trio de préparer une attaque de transport de fonds dans la région. L'interpellation s'est déroulée sans heurt.


Fusillade de Villiers-sur-Marne
et braquage de la RN 17

En cavale depuis quelque temps, Redoine Faïd avait changé de look pour éviter d'attirer l'attention. Fini, le crane rasé : l'homme de 37 ans s'était laissé pousser les cheveux et la barbe, et portait une caquette.
Si les équipes de la PJ ont pu remonter la trace de ce trio, c'est qu'elles travaillent sur l'attaque d'un fourgon au cours de laquelle des braqueurs avaient pu repartir avec deux millions d'euros. C'était sur la RN 17, entre Arras et Lens, le 17 mars dernier : les braqueurs avaient tendu une véritable embuscade à une équipe de trois convoyeurs en reconstituant un faux chantier avec de vrais panneaux de signalisation marquant un rétrécissement de chaussée où ils étaient passés à l'action. Des charges explosives avaient pulvérisé les portes du fourgon, les sacs étaient emmenés mais les employés de la société s'en étaient sortis indemnes.
Mais Redoine Faïd, qui se disait être un braqueur repenti, est aussi considéré par la police comme le maître d'oeuvre d'un projet d'attaque à main armée qui avait coûté la vie à la policière municipale Aurélie Fouquet, 27 ans, le 20 mai 2010 à Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne). Il avait échappé de peu, en janvier, à une série d'interpellations dans l'enquête sur cette mort, emblématique par sa violence, et était depuis en cavale.w

Nord Éclair