Actualités de la région

Les précaires perdus dans la jungle des contrats

Publié le 28/06/2011 à 00h00

Les syndicats de l'enseignement appellent à se rassembler mercredi devant le rectorat pour défendre les « précaires » de l'Éducation. Deux mille contrats pourraient ne pas être reconduits dans la région.

Les précaires perdus dans la jungle des contrats
Les syndicats de l'enseignement appellent à se rassembler mercredi devant le rectorat pour défendre les « précaires » de l'Éducation. Deux mille contrats pourraient ne pas être reconduits dans la région.



AVS, EVS, médiateurs, AED, intervenants... Vous perdez votre latin entre tous ces « contrats précaires » de l'Éducation nationale ? Le monde de l'enseignement aussi. « À croire que c'est fait exprès pour noyer le poisson », lance Karine Van Wynendaele, du syndicat FSU. C'est donc pour « pour remettre au centre des discussions la situation de ces contrats précaires » que l'intersyndicale de l'enseignement appelle à manifester demain devant le rectorat, à Lille.
Rappel : il y a encore 6 ans, « il n'y avait qu'un seul contrat précaire dans l'enseignement : celui de surveillant », explique Karine Van Wynendaele. Mais aujourd'hui, « parmi les assistants d'éducation qui soutiennent les élèves aux devoirs (AED) ou les assistants de vie scolaire (ASV) qui aident les enfants handicapés et autres intitulés, tout le monde s'y perd ». Le « problème » selon elle : le manque de « transparence » côté rectorat. « On ne connaît ni le nombre de personnes sous contrat, ni les salaires précis et les horaires légaux. » Une situation d'autant plus « alarmante » en temps de « purge ».


Car avec « la redistribution » de ces contrats entre établissements du primaire et du secondaire annoncée par la rectrice, les syndicats affirment que c'est au moins 2 000 postes qui pourraient ne pas être renouvelés dans la région à la rentrée prochaine. Et autant de personnes au chômage dès juin, alors que « le rectorat avait annoncé des créations de postes », explique aussi la CGT. Des « effets d'annonces » pour les syndicats. Même de la « supercherie » : au lycée des Flandres d'Hazebrouck, par exemple, un poste d'assistant d'éducation va être créé pour... 3 postes d'assistants à la vie scolaire supprimés.

Profs polyvalents
« C'est déshabiller Pierre pour rhabiller à moitié Paul », ironise une militante, qui soupçonne au final « l'Éducation nationale de vouloir créer des profs polyvalents » : « Il y aura à terme moins de surveillants, et donc, une charge en plus pour les professeurs. » Pour Karine Van Wynendaele, on peut surtout « se demander pourquoi tous ces contrats précaires ont été créés ». « Cela n'a amené qu'à une situation humaine dramatique. »w
JUSTINE FAIDERBE

Nord Éclair