Actualités de la région

Une fillette originaire d'Herlies figure parmi les victimes

Publié le 02/05/2011 à 00h00

Camille Dewailly, une fillette de 10 ans originaire d'Herlies, une petite commune des Weppes, a trouvé la mort dans l'attentat perpétré jeudi dans un café de Marrakech. Son père a été gravement blessé.

Une fillette originaire d'Herlies figure parmi les victimes
Camille Dewailly, une fillette de 10 ans originaire d'Herlies, une petite commune des Weppes, a trouvé la mort dans l'attentat perpétré jeudi dans un café de Marrakech. Son père a été gravement blessé.


Le bilan définitif de l'attentat qui a eu lieu jeudi à Marrakech, sur la très touristique place Jamâa El-Fna, s'élève à 16 morts dont huit Français (une huitième victime a été identifiée hier) et une vingtaine de blessés. Parmi eux, une famille originaire du Nord, plus précisément du petit village d'Herlies dans les Weppes. Isabelle et Patrick Dewailly, ainsi que leurs trois enfants Bastien, 15 ans, Sophie, 13 ans et Camille, 10 ans, se trouvaient tous à l'étage du café-restaurant l'Argana lorsqu'a eu lieu l'explosion. Le café a été pulvérisé par l'explosion à distance d'une bombe artisanale. La famille était en vacances pour une semaine au Maroc, et le voyage touchait à sa fin. Il ne leur restait que quelques heures avant de prendre le vol retour pour la France. « On est juste entrés dans le café, on est montés à l'étage pour profiter de la vue et on s'est installés près des balustrades. On s'est assis, et ça a explosé », a raconté depuis son lit d'hôpital au journal Le Parisien l'une des soeurs d'Isabelle qui faisait partie du voyage.
Le père hors de danger
Lourd tribut pour la famille Dewailly. Camille, la plus jeune des enfants, est d'abord portée disparue dans les décombres. Mais c'est son corps sans vie qui sera découvert. Le père, lui, a été gravement blessé si bien que son pronostic vital a été engagé. Quant à sa femme et aux deux autres enfants, ils n'ont été que légèrement touchés. « J'ai eu des nouvelles officielles ce matin (hier matin, ndlr), par le consul. Le papa est désormais hors de danger », indique Marie-Françoise Auger, le maire d'Herlies. Dans son village, l'onde de choc s'est vite répandue parmi les 2 000 habitants, car la famille Dewailly est très impliquée dans la vie locale.


Le grand-père maternel y a été médecin durant 30 ans. « Isabelle Dewailly est très impliqué dans la vie religieuse », souligne Marie-Françoise Auger. Cette mère de famille, professeur de mathématiques au collège Notre Dame de La Bassée, fait partie de la chorale de l'église. D'ailleurs, la petite Camille devait célébrer sa première communion hier matin à l'église d'Aubers, village voisin. « J'ai réuni samedi après-midi les vingt-sept autres familles de communiants pour en parler, explique l'abbé Romuald Carton qui a officié lors de la cérémonie. Nous avons décidé d'organiser une action symbolique en apportant chacun une rose. » Une façon de symboliser la présence de Camille parmi eux. « Nous avons essayé de vivre ce moment le plus sereinement possible », ajoute l'abbé.
Pour l'heure, c'est tout le village d'Herlies qui est en deuil. Samedi, un message a été posté sur le site Internet de la commune, où les commentaires de soutien se sont succédé. Dès aujourd'hui, un registre sera mis à disposition des habitants à la mairie. L'agenda local est aussi bouleversé. Les manifestations festives à venir sont tout simplement annulées. « C'est un moment difficile à vivre, un vrai choc », dit Marie-Françoise Auger. La proche famille, dont les grands-parents de Camille, se sont rendus au Maroc. On ignore quand le retour est programmé, ni quand le corps de la petite Camille sera rapatrié. « En accord avec la famille, nous essaierons d'organiser quelque chose dans la commune », annonce le maire d'Herlies. w Pour l'heure, l'attentat de jeudi n'a toujours pas été revendiqué, même si le mode opératoire rappelle celui d'Al Qaida. Trois jours plus tôt, Aqmi (Al Qaida au Maghreb Islamique) avait menacé le Maroc dans une vidéo diffusée sur Internet. Une enquête à laquelle participent des experts américains, français et espagnols est en cours.

Nord Éclair