Actualités de la région

L'histoire du « Monde des Douze »

Publié le 06/03/2011 à 00h00

Le « Monde des Douze » possède une histoire, une géographie, et même des mythes et légendes. Pour maintenir la cohérence de cet univers qui se décline sur de multiples supports, une équipe de spécialistes a été formée.

L'histoire du « Monde des Douze »
Le « Monde des Douze » possède une histoire, une géographie, et même des mythes et légendes. Pour maintenir la cohérence de cet univers qui se décline sur de multiples supports, une équipe de spécialistes a été formée.


MATTHIEU MILLECAMPS > matthieu.millecamps@nordeclair.fr
C'est un monde. Plus encore, c'est un univers. Les histoires racontées par Ankama, qu'il s'agisse des aventures vécues par les joueurs en ligne ou de celles racontées par les BD et dessins animés, se situent toutes dans un ensemble cohérent. Un monde dans lequel un événement aura des répercussions dans le temps et dans l'espace, exactement comme dans le monde réel. Sauf qu'ici, les mythes et légendes s'invitent au coeur du récit.
Pour ceux qui ne le connaissent pas du tout, le « Monde des Douze » prend ses racines dans un passé mythique, que racontera en partie le jeu Islands of Wakfu (sortie prévue sur X Box le 30 mars). Les dieux qui participent alors à la création du monde donneront aussi naissance aux différentes classes de personnages. Les « Dofus », artefacts magiques, ont été créés à cette période. Les aventures vécues par les aventuriers du jeu Dofus, de même que les Manga scénarisés par Anthony Roux et dessinés notamment par Ancestral Z et Crounchann, se déroulent à l'aube de ce monde. Les aventures du dessin animés Wakfu, eux, se jouent un millénaire plus tard. À cela, il faut ajouter les dimensions parallèles dans lesquelles évoluent des démons, notamment mises en scène dans le jeu Arena, dans lequel des héros venus des époques de Dofus et de Wakfu peuvent s'affronter.



Garantir la cohérence
de l'univers

Mais le stakhanovisme des « Ankamiens », qui multiplient les déclinaisons de ces histoires sur tous les supports imaginables, a rendu nécessaire, il y a deux ans, la création d'une équipe dédiée au maintien de la cohérence de l'ensemble. Tom Gobart, qui est aussi scénariste de plusieurs BD sur Ankama éditions, et Faouzi Boughida comptent sur cette équipe de « gardiens du temple ».
« Nous passons beaucoup de temps à répondre, en temps réel, aux interrogations des différentes équipes d'Ankama », explique Tom.
Lorsqu'un scénariste de BD présente un projet, « notre rôle, c'est de lui expliquer comment l'histoire qu'il raconte peut s'intégrer dans le récit général. Par exemple, s'il veut que son histoire se passe dans un village en particulier, mais que ce village est détruit à un moment de l'histoire du monde, il devra installer son histoire à une période précise », précise Faouzi Boughida. Tous les deux, plus encore que les autres « Ankamiens », sont incollables sur le « Monde des Douze ». Des évolutions des grands équilibres politiques aux moindres monstres se cachant dans la plus sombre des cavernes, en passant par l'environnement « naturel », ils connaissent leurs mondes sur le bout des doigts. Actuellement, ils travaillent même à la réalisation de véritables encyclopédies, à usage interne, mais qui ont vocation à être publiées, à terme, pour le grand public.
Mais maintenir la cohérence d'un univers ne signifie pour autant pas cadenasser la créativité des auteurs. « Nous laissons une grande place à l'interprétation des héros, comme des personnages secondaires », insiste Tom Gobart. De fait, chacune des différentes classes de personnages connaît de multiples traductions graphiques. Mais si le style du trait change d'un illustrateur à l'autre, un « Iop » portera toujours une large épée et un « Crâ » un arc et des flèches... « Les grands événements sont posés, pour l'essentiel. Mais entre les deux, tout est possible » , expose Faouzi Boughida.
La création de nouveaux héros, l'apparition de nouvelles classes est même compatible avec cette attention extrême portée à la cohérence de l'univers.

« L'histoire n'est pas figée »
Le dernier exemple en date est celui des « Zubals » et « Roublards », deux types de personnages qui sont apparus dans les mondes de Dofus et Wakfu après avoir fait leur première apparition dans une série de BD sous le titre de Remington.
Là encore, le concept de « transmedia », dont Ankama se fait un devoir de défricher les possibilités, est à l'oeuvre. « L'histoire n'est pas figée. Des choses existent, mais entre deux événements forts, il y a des zones d'ombres. C'est comme un puzzle, auquel il manque des pièces. Parfois, elles s'imbriquent de manière naturelle... », expose Faouzi Boughida, qui reconnaît aussi que les auteurs puisent une partie de leur inspiration dans les contes traditionnels pour alimenter leurs récits. Et si, à l'heure actuelle, les mondes d'Ankama se cantonnent à la seule planète sur laquelle les héros vivent leurs aventures, il n'est pas impossible qu'un jour ne vienne où les aventuriers pourront évoluer dans un futur imaginaire. Un « space opera » à la Wakfu ? Affaire à suivre...w

Nord Éclair