Actualités de la région

Pour Martine Châtel, le bonheur ne tient qu'à une ficelle

Publié le 16/04/2010 à 00h00

Martine Châtel a de l'or dans les mains et des idées plein la tête. Cette prof d'arts plastiques à Angers expose, sous un chapiteau à Berck, une poignée de cerfs-volants de sa confection de toutes formes et de toutes couleurs.

  Pour Martine Châtel, le bonheur ne tient qu'à une ficelle
Martine Châtel a de l'or dans les mains et des idées plein la tête. Cette prof d'arts plastiques à Angers expose, sous un chapiteau à Berck, une poignée de cerfs-volants de sa confection de toutes formes et de toutes couleurs.



Ne dites jamais à Martine Châtel que ses cerfs-volants ne sont que de jolis objets de décoration. « Ils peuvent tous voler. Je serais même malheureuse de les savoir constamment accrochés à un mur », explique l'artiste et professeur à l'école supérieure des Beaux Arts d'Angers. Confectionnées en papier cristal, de soie ou à cigarette, ses oeuvres volantes sont des petits bijoux uniques en leur genre. « Ça change du plastique ou de la toile spéciale qu'on voit partout aujourd'hui. » L'ossature, quant à elle, est constituée en tiges de bambou, un végétal à la fois flexible et très solide. « Le plus délicat est de trouver les points de fixation des brides.
 » Entendez par là les endroits où sont placées les ficelles du cerf-volant. « C'est à la fois compliqué et très simple. Il faut juste avoir quelques connaissances scientifiques », précise Martine, aussi incollable sur la création des cerfs-volants que sur leur histoire.


Lors de ses nombreux voyages à travers le monde, elle a perfectionné ses connaissances sur ces objets issus de traditions millénaires. « Au Japon, en Indonésie ou encore en Thaïlande, il y a chaque année de grands festivals qui attirent des foules immenses », raconte cette passionnée. « Depuis mon plus jeune âge, j'ai toujours aimé tenir le fil et sentir les mouvements de l'air et du vent. C'est le symbole de la vie. »
C.D.

Nord Éclair